Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

31 août, 2007

Ti jan lorizon

Classé dans : Contes Créoles (Kont) — CATORC Charles @ 18:49

YE KRIK ! YE KRAK !
MISTIKRI, MISTIKRA !

Lakou dô ?
Non lakou ne dô pa !

Krik ! Krak !

An tan lontan, dépi diab té ti
bolonm, té ni an ti boug yo té
ka krié Ti Jan. I té maléré, maléré,
maléré. Papa-ye té mô, lè i té tou
piti, é i té rété li yonn épi man-
man-ye. Tonton-ye, frè papa-ye,
sété an gro tchap. I té ka fè
toutt moun krié-ye : Misié Robè.

Krik ! Krak !

An jou, Ti-Jan té asiz, lan min-
ye an ba machouè-ye. I rété i di :
« Manman, gadé manniè tonton
pa ka fè ayen ba nou. Papa mô
a fôs travaye i travaye ba-ye.
Toutt lajan tonton ni, sé anlè do
papa i fèye. Mé man péké pran sa
kon sa. Nou ké ouè ki moun ki
pli fô, i pa lé ba nou ayen, é byin
man ké pran toutt ! La pli bèl
anba la baye ».

KRIK !

Misié Robè té ni an manniè té
ka pasé douvan kaye-yo tou lé
bonmatin. Joutala, Ti-Jan lévé,
i mété an kan-nari friyapin anlè
difé. Lè i ouè tonton-ye ka bôdé,
i éteinn difé-ya, i pôté kan-nari-a
bô la pôt-la. Kon friyapin-an té
sôti anlè difé, i té ka fè « potôf,
pôtof ». Ti-Jan rédi an fouèt, i
koumansé krié an mouè : « Fri-
yapin, bouyi, bouyi man di-ou ! »
Misié Robè douboutt fap dèyè
Ti-Jan, i pa té pé kon prann.
« T Jan, Ti Jan monfi, sa ki pasé ?
Ou ka fè zonbi aprézan ? ». Ti
Jan pété ri « Ton-nan ! Sa ki
moun-la ka vini mélé bagaye-
moin ?

YE KRIK ! YE KRAK !

Misié Robè mété-ye ka mandé Ti
Jan an lo kèsion. A fôs afôs i fini
pa di Ti Jan « Fôk ou ba moin
sikré-ya ». Ti jan di-ye : Mé si
man di-ou li, mouin ki ja maléré,
man péké ni ayen minm »
Mé misié Robè mandé-ye é viré
mandé-ye ankò, i pa té ka baye
an pa, Ti Jan di : « Bon ébyin, si
ou lé sav, fôk ou ba mouin toua
foua chapo-ou plin lajan ».

Lakou dô ? Non lakou ne dô pa !

Robè soté, i monté, i wouklé, mé
i ba Ti Jan toua foua chapo-ye
plin lajan. I pran fouèt-la an
échanj, épi i viré kaye-li. I invité
an lo moun pou montré-yo sa i té
kon-nèt (i pa invité Ti Jan). Lè
toutt moun té la, i pran pli bèl
bèf-li, i fè-yo tchoué-ye baye. I
pran fouèt-la i koumansé krié an
moué : « Bèf, bouyi, bouyi, bouyi man
di-ou ! Bèf pa janmin bouyi.

Toutt kanmarad-li koumansé fè
la fèt épi-ye. I lévé faché, i di :
« An toutt manniè, man ké tchoué
ye, ti vakabon tala, ti nèg-maron
tala ».

Krik ! Krak !

Ti Jan ja fè dé ron bô kaye misié
Robè ; an lizin-la, yo té ja rakon-
té manman-ye sa ki pasé, é man-
man-an vini di Ti Jan sa. Ti Jan
di-ye : « Manman, man ja sav
Misié Robè bizouin krié mouin.
Mé i pôkô vouè ayen é i ja ka
vréyé pié. Ou pa bizoin pè.
Anni fè sa moin ka di-ou fè ».
I alé gin-yin an blad kochon, an
lit san, an janbèt, i byin filé jan-
bèt-la, é i viré kaye-li. I fè man-
man-ye fouré blad-la anba rob-li,
é i di-ye sa i té pou fè.
O pipiri, misié Robè rivé, i ka
tchimé !
« Ti Jan, o Ti Jan, aye lévé-ye ba
mouin ! »
Manman-an, ki té an konplosité
épi gason-ye, mété pléré a tè.
« Misié Robè, man péké pé minm
ti manmaye tala, lè i ka dômi,
fôk pa brinin-ye, pas i ka lévé an
sikso é i pé fè ninpôt kisa « Gadé-
mouin ti brin fanm-lan, si ou pa
ka lévé-ye, sé ou minm man ké
tchoué !
— Alo misié Robè, ou ka vréyé
mouin pran lan mô mouin kon sa
— Ou té pou tchoué-ye dépi jou
ou fè-ye minm ! »
I antré an chanm-lan, i kriyé :
« Ti Jan ! Ti Jan ! »
Ti Jan anni lévé an lè li-ya, i ralé
janbèt-la, i varé an lè manman-ye,
i pitché-ye anba tchè ; blad-la
krévé, san ka koulé toupatou,
manman-ye tonbé rèd.

YE KRIK ! YE KRAK !
Krik ! Krak !

« Ti Jan, ou tchoué
manman-ou, mé ti bolonm, an
vérité ou ni malédision an kô-ou »
Ti Jan soukoué tèt-li, i gadé, i di :
« Ti zafè, tonton ! Sé dèyè zafè ki
ni zafè ! » I trapé an fouèt i kou-
mansé fè an lo djindjin, ka soté,
ka prédié. Aprésa, i di :
« Manman, brin-nin gro zoteye-ou
manman-an brinnin gro zoteye-li
« Manman, brinnin lanmin-ou
manaman-an brinnin lanmin-ye
« Manman, douboutt ! ».
manman-an douboutt pap !

KRI, KRA !

Misié Robè rété ababa.
Lè i rivé palé i di
« roye, roye, roye, fout ti boug-la
fô, a non fôk ou ba moin sikré-
ya !
I viré ka anmerdé Ti Jan, yo rété
la ka palé, ka palé. Alô Ti Jan,
yo rété la ka palé, ka palé. Alô
Ti Jan di-ye : « Fôk ou ba mouin
sis ti fon chapo plin lajann »

YE KRIK ! YE KRAK !

I ba Ti Jan lajan-an é i pati épi
fouèt-la.I viré invité sé moun-la
i pran an janbèt é i pitché
madanm-li an mitan tchè piou !
madan-lan tonbé ouap ! San kou-
mansé koulé kon dlo. Robè pran
fouèt-la, koumansé fè sik.
Madanm-lan pa brinnin minm, i
té mô é byin mô. Misié-ya
koumansé pèd la kat, i alé dyèk-
teman a kaye TI JAN, i baye an
gôjèt, i fouré-ye adan an makout.
TI JAN pa débat ti kô-ye. I kité
misié-ya minnin-ye alé.

Padan tonton ka maché, i ka chanté
« Man kaye néyé ti-jan, lorizon… »

Mé an chimin, an kakarèl pran
tonton-an, i déchajé kôye pou alé
soulajé anba boua-a. Konpè Tig
té ka pasé pa la. Toutt moun sav
manniè i vôlé, i pran kouri gadé
sa ki té adan. Ti jan té maré kon
an volè.
« ébé, sé ou Ti jan. Sa ou ka fè
la ? »
— Konpè, konpè, man adan an
kalté bab épi misié Robè
— Boug-la ki ni toutt bèf-la ?
— Ouè ! ou sav sé mouin ka
véyé bèf-li : Kon man té mal
maré an ti bèf, i di mouin konsa
fôk man manjé pli gro bèf-li. Mé
gadé, ou pa lé rann-mouin an ti
sèvis ?
— Mé sa ou ka di la-a ? Man ké
manjé sa ba-ou ! »
Konpè tig antré an makout-la,
Ti-Jan maré-ye é i chapé.

Lakou dô ?
Non lakou ne dô pa !

Misiè
Robè déviré, i viré chajé. I ka
maché, mé i ka kaltchilé : « Ki
manniè é sa, pannié-a lou pasé
toutalè-a, savôs si i pôkô mô ? »
I rivé jis anlè an falèz, bôdlanmè.
I maré dé gro gayak adan an
branch filao, é i maré filao-a alan-
tou makout-la, é wop ! i ladjé-ye
an fon dlo-a. I déviré tchè kon-
tan. I ka chanté yan bèlè ! Lè i
rivé anba, i touvé Ti Jan ka espé-
ré-ye épi an lo, an lo mouton
alantou-ye « Mé Ti Jan, sé pa
ou man sôti ladjé an fon lanmè
a ? »
— Mé tonton, ou ladjé-mouin
anlè an ban mouton, man trapé
mouton, si ou té ladjé mouin
anlè an ban bèf, man té ké trapé
bèf ! »

KRI KRAK !

Tonton-an ja pri adan trap-la !
I ja bizouin Ti Jan minnin-ye
anlè an ban bèf. Ti Jan fè sanblan
ka lanté, épi i di-ye : « an-nou alé !
Ti-Jan maré-ye adan an sak, maré
dé gro gayak adan kôd-la pour
maré sak-laé épi i ladjé-ye an
lanmè-a : djouboum.

Aprésa, i viré lakaye-li, i di :
« Manman, man fini é byin fini
épi tonton. I pa té lé ba nou ayen
man pran toutt ! ».

L’igname

Classé dans : Fruits & Légumes du Pays — CATORC Charles @ 18:30

L'igname dans Fruits & Légumes du Pays 267_igname

 Étymologie
mot espagnol datant de 1515 Iname dérivé du mot africain nyami

Origine
Afrique de l’ouest

Anglais: Yam

Autres noms: navet mexicain, Jicama

Découverte par Christophe Colomb alors qu’il faisait escale à Cuba, l’igname n’a pas réellement de terre d’origine. Par contre, ses terres d’adoption sont nombreuses et on le retrouve aussi bien aux Antilles qu’en Inde et en Afrique.

En Papua Nouvelle-Guinée, dans les îles Trobiand, l’igname est cultivé avant tout pour sa forme et fait partie intégrante de la vie sociale et religieuse de ses habitants. C’est un signe de prestige, d’habilité dans cette culture spécifique qui a tissé au cours des siècles, un lien solide entre les villages et les clans.

La taille et la forme de l’igname fait toute la différence et les hommes, assis sur la place, peuvent discuter pendant des heures sur la culture de ce tubercule et chacun vise à être honoré du titre de tokwaibagula, la marque suprême du parfait jardinier qui a réussi, par sa connaissance et son habilité à créer un produit de la terre exceptionnel qui le couvre de prestige . jusqu’à la prochaine récolte.

Le culte de l’igname trouve évidemment son apogée lors de la récolte. Lorsqu’on les déterre, on les expose immédiatement à la vue de tous pour qu’ils soient un à un étudié admiré et jugé. Le nombre des « orteils » fait pousser des cris d’extase et le jardinier rend grâce aux dieux pour avoir donné à la nature, cette folie de forme qui lui permettra de se hausser au sein du clan. Puisque les cultures sont souvent effectuées à l’extérieur du village, on les transporte et les femmes viennent entourer cette procession. Les ignames sont de nouveau exposés pour que tous ceux qui n’ont pas participé à la récolte, puissent passer leurs commentaires. Après de multiples palabres, ils sont engrangés dans des maisons de l’igname, construites par les hommes du village mais laissées sous la responsabilité des femmes qui doivent toujours les maintenir à pleine capacité.

Au Nigeria, les chefs et les notables des communautés agraires ne touchent jamais un igname avant d’avoir apaisé la faim des dieux. Si un homme convoite une femme et veut demander sa main, il doit d’abord démontrer qu’il est en mesure de faire vivre une épouse et posséder au moins 200 racines d’igname pour se mettre sur les rangs.

Au Nigeria, l’igname fait partie du menu national. Par contre, au Ghana, c’est le plat de bienvenue que l’on sert aux visiteurs d’importance.

C’est le plat traditionnel de la cuisine antillaise et le plat national du Nigeria
la composante des beignets indiens aromatisés à la coriandre et au gingembre et la gourmandise des américains.

Valeur nutritive

  • Calories: 120
  • Eau: 74%
  • H. de carbone: 28 g
  • Matières grasses: 0,2 g
  • Protéines: 1,5 g
  • une portion de 125 g procure 25% du ratio en vitamine C requis par jour

Plus farineuse que la pomme de terre, il se cuit plus rapidement et peut se manger cru.

Sauté au wok, l’igname demeure croquant et devient un excellent substitut dans les recettes qui demandent des châtaignes d’eau.

Une petite recette

Soufflé d’igname

  • faire chauffer 140 ml de lait avec 2 c. à s. de beurre;

  • ajouter 500 g d’igname pilée, bien chaud en fouettant bien pour bien mélanger le tout;

  • ajouter 2 c. à s. de fromage râpé, sel et poivre; remettre la casserole sur le feu à puissance minimale pour 2 à 3 minutes;

  • retirer la casserole du feu; ajouter 2 jaunes d’oeuf battus;

  • battre les 2 blancs d’oeuf bien fermes et incorporer délicatement au mélange en prenant soin de bien aérer la masse;

  • verser dans un plat à soufflé préalablement beurré; saupoudrer le tout d’une c. à s. de fromage râpé et glisser dans le four à 350 degrés F. (180 degrés C.) jusqu’à ce que le soufflé soit doré;

  • le soufflé ne doit jamais trop cuire car il perd sa texture aérienne; on peut vérifier s’il est cuit par la couleur et en glissant une broche comme pour vérifier la cuisson d’un gâteau; si la broche est sèche, le soufflé est cuit;

  • servir aussitôt car un soufflé n’accepte jamais d’attendre.

22 août, 2007

Le Letchi

Classé dans : Fruits & Légumes du Pays — CATORC Charles @ 18:05

Le Letchi dans Fruits & Légumes du Pays 283

Description du fruit

Le litchi est un fruit ovoïde ou arrondi, et mesure jusqu’à 5cm de longueur environ. Sa peau rouge est dure et cassante à maturité. La chair est très juteuse, blanche et sucrée. Elle est également gélatineuse et parfumée.
Le litchi ne mûrit plus une fois récolté, et il faut le manipuler avec précautions après la récolte.
C’est un fruit riche en vitamines C, et en glucides.
On le consomme frais, ou en conserve. Il rentre également dans la préparation de boissons alcoolisées.

Généralités

Litchi sinensis, le litchi, aussi appelé letchi, est un arbre tropical au feuillage persistant, originaire d’Asie du Sud-Est, et en particulier de Chine méridionale. C’est un arbre fruitier pouvant atteindre une trentaine de mètres de hauteur, mais qui culmine généralement à 10 m environ. Il porte de nombreuses grappes de fruits rouges et écailleux, les litchis.

Culture

Le litchi est un arbre tropical, demandant beaucoup de chaleur et d’humidité. Néanmoins, c’est un arbre qui a également besoin d’une période plus sèche pour une bonne induction de sa floraison.
Cet arbre est cependant capable de résister à des petites périodes de froid. On trouve en Floride (USA) des sujets capables de survivre à des petits gels de l’ordre de -1°C, voire un peu plus bas selon l’âge de l’arbre. Un arbre très bien établi pourra résister dans de bonnes conditions, à des gels très brefs de l’ordre de -3°C.
Le litchi préfère des sols bien drainés mais restant frais. Il apprécie les sols riches.

Floraison et pollénisation

La floraison du litchi est de couleur jaune-crème. Les fleurs sont rassemblées en grandes grappes pouvant dépasser 60 cm de longueur.

Multiplication

Le litchi se multiplie relativement bien par semis, mais pour propager les variétés, les techniques de greffage et de marcottage aérien sont couramment employées.
Le litchi contient un noyau lisse et sombre, de taille très variable selon les variétés. Il existe d’ailleurs des variétés donnant des fruits aux noyaux atrophiés.

21 août, 2007

Le Cannabis, méfiance les jeunes

Classé dans : Mon métier — CATORC Charles @ 10:49

*De plus en plus répandu, l’usage du cannabis concerne surtout les adolescents et les jeunes adultes.
Quels en sont les effets et les réels dangers ? 

Le « joint » de cannabis est le premier produit illicite consommé dans notre société, au point qu’on ne sait plus si le cannabis est légal ou pas et quels en sont les réels dangers. 

Le cannabis, qu’est-ce que c’est ?

Le principe actif du cannabis responsable des effets psychoactifs est le D 9 THC (tétrahydrocannabinol), inscrit sur la liste des stupéfiants. Sa concentration est très variable selon les préparations et la provenance du produit. 

Historique

Originaire des contreforts de l’Himalaya, le cannabis ou chanvre indien a été utilisé par l’homme depuis des millénaires en Extrême-Orient et au Moyen-Orient. Il était cultivé pour ses fibres destinées à la fabrication de cordages, de papiers et de tissus, et sa résine était utilisée autrefois comme médication pour soulager les spasmes, les troubles du sommeil, la douleur. 

Introduit en Europe au début du XIXe siècle par les soldats de Bonaparte et par des médecins anglais de retour des Indes, le cannabis fut utilisé en médecine pour le traitement des migraines, de l’asthme et de l’épilepsie. Aujourd’hui, les propriétés thérapeutiques du D 9 THC contre la douleur et les vomissements sont reconnues scientifiquement. Dans quelques États des États-Unis et en Grande-Bretagne, sa prescription est autorisée au cours des chimiothérapies anticancéreuses et pour certaines affections liées au sida. 

A quoi çà ressemble ?

Le cannabis est une plante. Il se présente sous trois formes : l’herbe, le haschich et l’huile. 
 

L’herbe (marijuana) : Feuilles, tiges et sommités fleuries, simplement séchées. Se fume généralement mélangée à du tabac, roulée en cigarette souvent de forme conique (le joint, le pétard, le stick.) 

Le haschich (shit) : Résine obtenue à partir des sommités fleuries de la plante. Se présente sous la forme de plaques compressées, barrettes de couleur verte, brune ou jaune selon les régions de production. Se fume généralement mélangé à du tabac : « le joint ». Le haschich est fréquemment coupé avec d’autres substances plus ou moins toxiques comme le henné, le cirage, la paraffine… 

L’huile : Préparation plus concentrée en principe actif, consommée généralement au moyen d’une pipe. Son usage est actuellement peu répandu. 

Effets et dangers du cannabis 

Les effets de la consommation de cannabis sont variables suivant la dose consommée et les individus : légère euphorie, accompagnée d’un sentiment d’apaisement et d’une envie spontanée de rire, légère somnolence. Ses effets durent en moyenne de 2 à 10 heures. Les usagers de tous âges consomment généralement pour le plaisir et la détente. A doses élevées, des difficultés surviennent pour accomplir certaines tâches complexes. Des troubles du langage et de la coordination motrice peuvent apparaître et le temps de réaction est augmenté. Ces effets peuvent être dangereux si l’on conduit une voiture, si l’on utilise certaines machines. Les principaux effets physiques du cannabis peuvent provoquer, selon la personne, la quantité consommée et la composition du produit : 

  • une augmentation du rythme du pouls (palpitations) ; 

  • une diminution de la salivation (bouche sèche) ; 

  • un gonflement des vaisseaux sanguins (yeux rouges) ; 

  • parfois une sensation de nausée. 

Même si les effets nocifs du cannabis sur la santé sont, à certains égards, moins importants que ceux d’autres substances psychoactives, il faut signaler certains risques physiques. L’appareil respiratoire est exposé à un double risque : celui des goudrons toxiques résultant de la combustion du tabac et celui des goudrons contenus spécifiquement dans la fumée du cannabis. De ce fait, la consommation régulière de cannabis mélangé à du tabac sur plusieurs années peut induire l’apparition de cancer précoce du poumon (avant 45 ans)

Ces risques de cancer peuvent être amplifiés dans certaines conditions d’inhalation (pipes à eau, « douilles »Certains troubles mentaux, souvent difficilement perçus par la population et les consommateurs, peuvent être révélés ou aggravés par la consommation de cannabis : troubles de l’humeur, troubles anxieux et schizophrénie. 

La dose consommée et des facteurs de vulnérabilité individuelle sont en cause dans l’apparition d’un usage problématique.

L’augmentation de la consommation peut conduire à un désintérêt des activités habituelles, à une fatigue physique et intellectuelle (désintérêt pour les études), à une humeur dépressive.

La consommation de cannabis peut constituer un facteur d’aggravation de toutes les psychopathologies.

Enfin, la consommation soutenue pourrait constituer un des facteurs favorisant le développement d’une schizophrénie notamment si elle débute avant l’âge de 15 ans.

La consommation excessive peut augmenter le risque de certains cancers (poumons, foie) et peut provoquer la bronchite chronique.

Cannabis et dépendance

L’usage répété et l’abus de cannabis entraînent une dépendance psychique moyenne à forte selon les individus.  En revanche, les experts s’accordent à dire que la dépendance physique est minime. Toutefois, un usage régulier, souvent révélateur de problèmes, est préoccupant, surtout lorsqu’il s’agit de très jeunes usagers. Une dépendance psychique est parfois constatée lors d’une consommation régulière et fréquente : les préoccupations sont centrées sur l’obtention du produit. 

A doses élevées, des difficultés surviennent pour accomplir certaines tâches complexes. Des troubles du langage et de la coordination motrice peuvent apparaître et le temps de réaction est augmenté. La prise de cannabis accélère en outre les effets de l’alcool.

Le produit diminue les capacités de mémorisation et d’apprentissage, mais une prise peut également donner lieu à des symptômes psychiatriques, hallucinations et troubles anxieux très intenses.

Nous dénotons une psychose cannabique souvent définie par des bouffées délirantes à caractère agressif qui reste rare.

Et Les éléments de cet article proviennent en partie du guide « Drogues : savoir plus, risquer moins« , sur le site de la MILDT

Mots clés : Dépendance, addiction, réglementation, loi, soins[1], drogue, toxicomanie, héroïne, cocaïne, cannabis, stupéfiants. 

[1] Soins en Martinique : CSRM/Clarac – Avenue Pasteur – 97200 – Fort-de-France / Tél : 0596592572 

15 août, 2007

Mon adolescence, Joie de vivre

Classé dans : Non classé — CATORC Charles @ 9:57

 1000416.jpg

 

Sur le plan scolaire, c’est le lycée Technique de la Pointe des Nègres qui m’accueillait en classe de seconde.

Mais, ma vie d’ado a été surtout axée sur le sport, en effet, dès mon arrivée en lycée, mon intérêt pour le sport prenait une autre dimension et je devenais un touche à tout en la matière.

Je pratique un peu de voile, de volley ball , d’altérophilie, en dehors du basket (déjà licencié), du hand ball et du foot.

Puis,  officiellement je deviens licencié au club de l’Inter atlas en atlhétisme où je pratique le 100 m et le javelot.

A mon entrée en classe de terminale, je décide de passer un concours visant une formation de maître d’EPS au CREPS de Pointe à Pitre.

Je réussis à ce concours brillament et pars pour la Guadeloupe à l’âge de 16 ans et demi avec l’aval de la Direction de la Jeunesse et des Sports.

Il faut savoir que cette décision n’était pas seulement de devenir maître d’EPS absolument, mais aussi et surtout par le fait que je m’étais rendu compte qu’il me fallait aider à tout prix et au plus vite ma mère qui avait de plus en plus de difficultés à nous assurer le gîte et le couvert.

En outre, je m’apercevais aussi que sa santé était de plus en plus chancelante.

Au niveau du sport, je fus licencié à l’AAP de Pointe à Pitre et je suis vice-champion scolaire du javelot de la Guadeloupe.

Après une année de CREPS et bien des déboires avec son directeur de l’époque, je décide de m’engager à l’armée dans les parachutistes, car j’ai aussi pensé que ce moyen pouvait me permettre d’envoyer plus rapidement des sous à ma mère.

Quelques mois après mon engagement, je me retrouve après une erreur à Fréjus, j’y accompli quelques jours et retrouve mon régiment d’affectation, le 1er RPIMA (1er Régiment de Parachutistes et d’Infanterie de Marine) basé dans la belle ville de Bayonne dans les Landes.

Là, j’ai à peine 17 ans et demi, j’y effectue mes classes pendant 10 mois et obtiens mon brevet de para à Pau.

1000326.jpg

Mon enfance, Période difficile, mais oh combien heureuse

Classé dans : Non classé — CATORC Charles @ 8:46

charlie3.jpg

 Je suis né le 09 novembre 1953 de Michel CATORC et de Eustase Lise MARVEAUX. Mes parents sont déjà décédés. Je suis âgé de 54 ans.

Ma fratrie se composait de 7 garçons et d’une fille et je suis le 6ème enfant de cette famille; actuellement, elle est composée plus que de 6 enfants, mes deux aînés étant partis eux a ussi.

J’ai été élevé au quartier Ermitage à Fort de France en Martinique, jusqu’à l’âge de 16 et demi. J’ai aussi passé une partie de mon enfance chez mon frère aîné à Sainte-Marie, charmante commune du nord atlantique où il exerçait comme enseignant, puis directeur d’école.

Mon enfance a été assez difficile et en même temps douce, en effet le contexte de cette période était assez rigide, rigoureux, mais quand même avec assez de liberté.

Ma mère me faisait confiance quand j’étais hors des murs, mais à la maison, il fallait être « carré », c’est-à-dire, que chacun avait sa tâche à accomplir et il fallait qu’elle soit faite correctement.

Les devoirs scolaires devaient être faits avant de partir jouer et les résultats devaient être les meilleurs.

Mes jeux étaient ceux des gosses de l’époque, billes, trotinette, « twoi ou kat roul », cerf-volant, etc.

Les sports, c’étaient les bains de mer à la « française » à Fort de France, basket et foot sur cette même place et autres disciplines à la maison des sports.

Avec les frères et d’autres enfants du quartier, je parcourais les bois qui entouraient tous les quartiers environnants à la recherche de fruits tout en chassant les petits oiseaux afin de nous gratifier de petits « souskay » (grillades accompagnés d’une petite sauce aux chiens)

De la maternelle au CM2, j’ai suivi les classes à l’école de l’Ermitage, puis celle du Cardin.

A partir de la 6ème, c’est le collège Joseph LAGROSILLERE à Sainte-Marie, après avoir doublé ma 5ème, je me retrouve au collège Ernest Renan à Fort de France, puis poue terminer en 3ème dans celui des Terresainville.

Ma vie spirituelle fut celle de tous les enfants du moment, messe du dimanche et autres jours religieux fériés, catéchisme aux Terresainville, enfants de coeur, communion, etc.

Les après-midi du dimanche étaient réservés pour les séances de cinéma au « Bataclan » devenu par la suite « le Colisée »

Enfance pleine et ponctuée de l’amour d’une mère qui faisait tout pour nous donner le meilleur du fait de la disparition de notre père tôt ravi à notre famille.

Il ne me restait que ma mère, mon oncle Hector, ma bonne tante « mémé » et ma douce marraine Monette pour me donner les repères qui puissent permettre à un enfant assez turbulent et vivant dans un quartier plus ou moins chaud de rester sur le bon chemin de la vie.

Les vivants et les morts, je vous ai dans mon coeur.

Que Dieu vous rendent grâce!!

1000435.jpg 

14 août, 2007

La Pelée, l’éruption

Classé dans : Histoire de Madinina — CATORC Charles @ 12:11

04_03

L’éruption du 08 mai 1902 

Le matin du 8 mai entre huit heures moins le quart et huit heures, selon les témoins, une formidable explosion secoue la région :  » Un grondement assourdissant remplit l’air, tandis que le sommet du Mont Pelé s’écarte en une gigantesque explosion « 

D’énormes nuages noirs sillonnés d’éclairs s’élèvent à une hauteur vertigineuse. Ceux-là couvriront l’île de cendres. Une énorme masse d’allure identique, chauffée à huit cents degrés, dévale les pentes. Les bords progressant plus vite que le centre, elle semble se diviser en deux. Puis, l’étau se referme et vers 8 heures la ville de Saint-Pierre est anéantie par une épouvantable catastrophe : L’horizon devient noir comme de l’encre, une pluie de petites pierres et de cendres s’abat sur la ville. Les fidèles désertent l’église. Par trois fois, la mer se retire. Les Foyalais sont pétrifiés. Que se passe-t-il à Saint-Pierre ? Une nuée ardente faite de gaz enflammés, de cendres et de blocs incandescents se répartit à une vitesse foudroyante tout autour du volcan puis détruit en quelques secondes la ville et les navires en rade. Ce qui reste est en feu. «  Vers huit heures, le volcan projeta une masse considérable de fumée et de pierres. Sitôt après la trombe de feu, instantanément toute la ville était en flammes, les navires démâtés et incendiés. La pluie de roches dura un quart d’heure. « 

Moins de deux minutes après l’explosion, environ vingt-huit mille personnes sont mortes ou agonisent, atrocement brûlées.Il n’y eu aucun survivants à Saint-Pierre sauf deux hommes: le cordonnier Léon Compère et le prisonnier Louis-Cyparis.
Grand amateur de rhum, quelques jours avant l’éruption, Cyparis se fait arrêter par les gendarmes. Il s’échappe une première fois, puis se constitue prisonnier sous l’emprise de l’alcool.

On l’enferme dans un cachot légèrement enfouit sous terre. Le 8 mai 1902 au matin, Cyparis croit se réveiller en enfer, des vapeurs suffocantes pénètrent le cachot, protégé par les murs de son épais cachot, le prisonnier est épargné par le nuage de mort.

Dehors il n’y a plus que des ruines fumantes. Saint-Pierre est rayé de la carte.

Cyparis sera gracié par la suite.

 Il y eu environ 28000 morts à Saint-Pierre (chiffre évalué par le professeur Lacroix. Ce fut une mort rapide, peu nombreuses furent les personnes qui se souciaient de la Montagne, chaque habitant s’en allait à leurs occupations habituelles au moment où la catastrophe a eu lieu.

Les rares survivants qui ont pu éviter les nuées ardentes sont décédées suite à d’horribles souffrances (leurs vicères et leurs poumons étaient brûlés).

D’autres personnes ont pu être sauvées car elles se trouvaient sur les hauteurs ou sur les bâteaux dans la rade. Bons nombres de bateaux ont coulés suite au passage de la nuée donc les survivants ne furent pas nombreux, certains ont eu la vie sauve car leur brusque immersion les a protégée de la chaleur.

La ville convertie en un immense brasier s’étendant sur le littoral avoisinant de Saint-Pierre, forme ainsi une colonne de feu depuis le village du Carbet jusqu’au bourg du Prêcheur.

Les effets de la poussée volcanique se firent sentir jusqu’a Fort-de-France ou l’on reçut une pluie de cendres et de pierres de la grosseur d’une noisette, pesant de 7 a 10 grammes. Toute l’île fut couverte d’une épaisseur de cendres d’environ 3 millimètres.

Source : http://perso.orange.fr/dmo/martinique/montpelee/

aquar071.jpg

L’éruption (les signes)

Classé dans : Histoire de Madinina — CATORC Charles @ 12:00

Saint-Pierre, en arrière-plan la Montagne Pelée.

En l’an 1502, Christophe Colomb découvrit une île dans la mer des Caraïbes, la Martinique. En peu de temps, elle fut explorée puis colonisée, des villages et des villes s’y élevèrent. Au Nord de l’île se dressait une montagne de 1 400 mètres, aux pentes arides. Les habitants la nommaient  » Montagne Pelée  » (ou Mont-Pelée) sans prêter attention au fait que c’était un volcan. Il était éteint depuis si longtemps ! A ses pieds, la petite ville de Saint-Pierre,26011 habitants, était paisible. Personne ne songeait au géant endormi. Soudain, en 1902, 400 ans après la découverte de Christophe Colomb, il se réveilla…

Dès 1900 les premiers signes apparurent quand une ouverture de fumerolles fut signalée.

Au début de l’année 1902, les habitations situées sur les pentes Ouest de la Montagne Pelée, puis le village du Précheur et ses environs, sur la côte, au nord de la ville de Saint-Pierre furent touchés par les émissions fumerolliennes.

Des fortes émanations sulfureuses de plus en plus en février-mars 1902.

Toute la zone Nord de l’île, qui se trouve sous les alizés, est incommodée par les odeurs d’œufs pourris.
 » Je ne sais pas ce que nous allons devenir, nous sommes empestés par une odeur de souffre depuis quelques temps. La vie est insupportable chez nous. » (Récit du Frère Fulbert, le 13 mai 1902, dans Cœur Créole).

Le 22 avril : L’accroissement de l’activité fumerollienne de la montagne Pelée s’accompagne d’explosions phréatiques. Il y eut des secousses sismiques et les premières ruptures de câbles télégraphiques sous-marins. Elles se poursuivront ainsi jusqu’au 6 mai.

Le 24 avril : Les premières colonnes de cendres son aperçues au-dessus du cratère. Un article paru dans le journal Les Antilles décrit une importante éruption :  » C’est jeudi soir (24 avril), disons-nous que quelques promeneurs… remarquaient dans une éclaircie nuageuse, les masses de vapeur d’un blanc noir qui surgissaient du flanc de la montagne, vapeurs qui n’avaient pu être remarqueés jusqu’alors en raison des masses nuageuses qui depuis quelques temps assombrissaient notre ciel. En réalité, il se peut donc que l’éruption ait commencé depuis déjà plusieurs jours en raison de la situation du nouveau cratère dans les parties nuageuses du volcan. D’après les documents qui nous arrivent du Précheur, nous serions portés à placer la date exacte du commencement de l’éruption à mercredi dernier, 23 courant à 9h moins 1/4 du soir, en coïncidence avec une détonation souterraine qui fut nettement entendue dans cette localité. « 

Le 25 avril : Saint-Pierre se trouve à son tour incommodée par les émanations du volcan : «  Pendant quatre jours (du 25 au 29 avril, il (le volcan) a fumé avec une telle violence qu’on était incommodé à Saint-Pierre par une odeur désagréable de souffre brûlé  » (lettre de E.V. du 2 mai 1902 au R.P. Kieffer). Le Précheur est recouvert d’une couche de cendre celle ci :  » Etait si abondante qu’à deux mètres de distance personne ne pouvait se reconnaître. »

Le 27 avril : Des excursionnistes constatent sur la Montagne, que L’Etang-Sec, asséché depuis 1852, s’est de nouveau rempli. Ce même jour eut lieu le premier tour des élections législatives a Saint-pierre.

Les 28,29 et 30 avril :Il y eut des secousses sismiques et des crues de la Rivière Blanche. Au soir, des cendres retombent sur la ville :  » La cendre se mit à tomber, légère d’abord, puis si forte qu’on l’entendait s’abattre. En même temps, la température s’éleva d’une façon sensible. »

Le 1 mai : Constat d’assèchement de la Rivière Blanche.

Le 2 et 3 mai : Eclairs sur le cratère et cendres sur Saint-Pierre, la nuit du 2 au 3 mai, les chutes de cendres augmentent :  » À minuit, un violent coup de tonnerre me réveilla…Le volcan était en feu, le ciel incandescent au-dessus de lui. Pendant plus d’une heure, le gouffre a vomi des torrents de vapeurs enflammés accompagnés d’éclairs de toutes les couleurs et de toute intensité avec un fracas épouvantable de détonations et de mugissements ». (Lettre du 3 mai d’un habitant de Saint-Pierre).
Les détonations et les éclairs correspondent aux décharges électriques qui résultent du frottement des cendres les unes contre les autres. Le 3 on constatait également l’assèchement des cours d’eau du Précheur.

Le 4 mai : Pluie de cendres sur Macouba. C’est le 4 mai que la première nouvelle d’un mouvement volcanique dans les Petites Antilles a été câblée en Europe. De Saint-Thomas on télégraphiait à Londres que des secousses de tremblement de terre étaient ressenties à Saint-Vincent, où la Soufrière se couronnait de fumée et faisait entendre des grondements sourds. De Fort-de-France, M. Mouttet le gouverneur de la Martinique avisait le ministre des colonies que le volcan de la Montagne Pelée, qu’on croyait éteint depuis un demi-siècle, avait eu un commencement d’éruption dans la nuit du 3 au 4 mai et que de grandes quantités de cendres avaient été projetées dans la campagne environnante d’où les habitants s’étaient enfuis.

Le 5 mai : Première coulée de boue dans la Rivière Blanche: 23 victimes, son arrivée brutale dans la mer engendre, un petit raz de marée :  » Ce n’est plus de l’eau : c’est une boue épaisse, pâteuse, noire, qui ne coule pas, mais glisse emportant comme des fétus des roches gigantesques.  » Le sommet de la montagne Pelée était constitué auparavant d’un Etang-Sec (caldeira) de 700 à 1 000 m de diamètre. Vers la mi-avril elle se remplit d’eau, par la suite une partie se déversa dans la Rivière Blanche. La coulée de boue du 5 mai résulte du déversement du lac dans la vallée. On apprenait ce jour là que L’usine Guérin, situées A 3 k. l/2 de Saint-Pierre, avait été détruite, que cent cinquante personnes avaient disparu.

 » Le 5 mai, à midi, une coulée de laves brûlantes, tombant d’une hauteur de 4.400 pieds le long du lit desséché d’un torrent, franchissait en trois minutes l’espace de cinq milles qui sépare la montagne du rivage, balayant sur son passage plantations, édifices, factoreries et tout être vivant, sur une étendue d’un demi mille. Une grande cheminée d’usine émergeant de la coulée../../binves. C’etait tout ce qu’on pouvait voir de l’importante sucrerie Guérin, engloutissant sous le flot les 10 personnes qui s’y trouvaient et parmi elles le fils Guérin. La mer, cédant sous la poussée formidable de la coulée de laves, avait reculé de 300 pieds sur la cote Ouest, puis, revenant en une immense vague avec une force irrésistible, elle s’abattit comme une trombe sur le rivage, sans toutefois causer trop de dégâts. « 

Le 6 mai : L’aspect des éruptions change : Le nuage de cendres devient plus épais, plus noir et il s’élève moins haut il y a aussi une nouvelle coulée de boues sur la rivière des Pères. Le soir du 6 au 7 mai, toutes les rivières débordèrent.
Ce jour-là, le gouverneur de la Martinique M. Mouttet télégraphiait qu’un torrent de boue brûlante suivait la vallée de la rivière Blanche, qui débouche à quelques kilomètres au nord de la ville de Saint-Pierre. Il effectua également une visite du site en compagnie d’une commission scientifique composée du lieutenant colonel Gerbault *h, du pharmacien Monnerville, du sous-ingénieur des Ponts et Chaussées Léonce et des professeurs du lycée Schœlcher Doze et Landes *h. Il faut savoir, cela dit, qu’après le ballottage du premier tour des élections législatives du 27 avril, le 11 mai les pierrotins sont invités à retourner aux urnes . Malheureusement les différents signes d’activité du volcan pourraient bien inquiéter la population et provoquer une désertion de la ville avant l’élection.

Le 7 mai : Au matin, de petites nuées ardentes sont déjà observées ainsi que des torrents boueux sur le versant atlantique et sur le Précheur. Le phénomène s’étendait au sud et entrait en activité à Saint-Vincent, sans toucher à Sainte-Lucie, située entre les deux foyers volcaniques. La soufrière de Saint-Vincent engendrait une éruption terrible qui a causé la mort d’un certain nombre d’habitants et qui paraît avoir exercé de grands dégâts. Mais quelque épouvantable que fût ce phénomène, il est insignifiant en comparaison de celui qui ravageait le lendemain la Martinique.

Suite au résultat de la précédente visite le soir même, le gouverneur de l’île fait publier, une note rassurante:  » [...] Tous les phénomènes qui se sont produits jusqu’à ce jour n’ont rien d’anormal et [...] sont au contraire identiques aux phénomènes observés avec tous les autres volcans.  » Concluant qu’il n’y a pas de danger pour la population. Aucune décision n’est prise, sinon celle d’éviter une panique. Le sentiment qui prédomine chez les habitants de Saint-Pierre, c’est qu’ils sont à l’abri loin du volcan (6 à 7 km). Le morne Lénard, semble une protection suffisante. De plus le trajet suivi par la coulée de boue du 5 mai et la note du gouverneur conforte les Pierrotins dans cette idée.

Le 8 mai :Depuis une vingtaine d’années, Saint-Pierre s’était lancée dans une lutte anticléricale et se faisait déjà un jeu de parodier, au cours du prochain Carnaval, les rituels religieux. La rumeur populaire colporta alors qu’ayant reçu des pierres au moment de son départ, l’évêque aurait dit :  » Elles vous retomberont toutes chaudes sur la tête.  » Entre-temps, une vendeuse de cacahuètes, un peu dérangée et ennemie des impies, s’était illustrée par son cri :

 » Châtiment, châtiment ! « . Autant de signes qui seront interprétés, après la catastrophe.

L'éruption (les signes) dans Histoire de Madinina daclimb

Source : http://perso.orange.fr/dmo/martinique/montpelee/

La Pelée (2)

Classé dans : Histoire de Madinina — CATORC Charles @ 11:35

Les éruptions de la Montagne Pelée.

sp38.jpg

Les éruptions de la Montagne Pelée comme celles des neuf autres volcans actifs de l’arc antillais sont plutôt rares sans doute à cause de la faible vitesse de subduction (1 à 2 cm/an)

 Depuis 1635, date qui marque l’installation des premiers colons, la Montagne Pelée a connu quatre éruptions :

  • 1792, on observe une augmentation de l’activité fumerollienne

  • 1851, il  se produit une éruption phréatique de faible puissance

  • 1902, éruption magmatique

  • 1929, la dernière éruption, elle est encore magmatique.

Ce sont les éruptions de 1902 à 1903, bien observées notamment par Alfred Lacroix qui ont permis de mieux comprendre ce type d’éruption qualifié depuis de péléen. Outre les nuées ardentes péléennes, la Pelée a connu des nuées de type Saint-Vincent et des coulées pliniennes. Les émissions de laves sont plus rares.

Quelles sont les manifestations et causes des éruptions pliniennes et péléennes ?

Quelle est l’origine des magmas ?

Les éruptions de 1902

Les premiers signes d’une reprise de l’activité du volcan commencent peu avant l’année 1900. Des fumerolles s’échappent du sommet. Personne n’y prend garde, les habitants gardent le souvenir de la dernière éruption phréatique de 1851 de faible ampleur.

En mai 1901, l’activité fumerollienne s’intensifie. La première manifestation alarmante se produit en avril 1902, c’est une éruption phréatique. Une colonne de poussières et de roches s’échappent du cratère et le débit des rivières augmente de façon anormale. Mais les Pierrotins sont préoccupés par l’activité politique qui n’est pas moins agitée. Des élections se préparent : le 27 avril se déroule le premier tour des élections législatives.

Le 5 mai, le bord ouest du volcan se rompt et libère le contenu du lac de cratère dans la rivière blanche. Une coulée de boue recouvre l’usine Guérin faisant 23 victimes, les premières depuis le réveil du volcan.

Pourtant, personne ne songe à quitter la ville, le deuxième tour des élections doit bientôt avoir lieu.

Le 8 mai, 7h50, une formidable explosion se produit. Une nuée ardente dévale les pentes du volcan et détruit Saint-Pierre faisant près de 28 000 victimes.

Alfred Lacroix a évalué la vitesse de déplacement de cette nuée ardente en se basant sur les gros objets tels le phare de place Bertin et une statue de la Vierge, qui avaient été renversés. Ses calculs aboutissent à une vitesse de déplacement de 130 m/s. En corrigeant les calculs, effectués, en raisonnant en terme de déplacement d’air, on arrive à des vitesses de 110 m/s pour la nuée ardente.

Les plus gros blocs suivent les vallées des rivières Blanche et Sèche, alors que les gaz toxiques et les cendres brûlantes déferlent sur la ville. Les températures n’ont guère dépassé 350 °C. En effet, les victimes ensevelis dans leur maison, sont brûlées mais pas carbonisées.

Après l’explosion du 8 mai, d’autres nuées ardentes se produisent achevant la destruction de la ville : le 26 mai, le 6 juin, le 9 juillet et surtout, la plus puissante le 30 août. Cette éruption produit d’énormes quantités de cendres et de ponces, son extension plus large, affecte le Morne-Rouge et Ajoupa-Bouillon.

Peu après la première nuée ardente du 8 mai, un dôme de lave se met en place dans le cratère. L’aiguille qui en résulte atteindra 350m avant de s’effrondrer définitivement le 10 août 1903.

La Montagne Pelée a connu d’autres éruptions de ce type. En 1929, de nouvelles nuées ardentes provoquent la panique à Saint-Pierre et dans les environs. Contrairement à celles de 1902, ce sont des nuées ardentes d’avalanche. Mais ce volcan a aussi connu des éruptions de type plinien.

Source : http://www-peda.ac-martinique.fr/svt/geol11.shtml 

 

 alamanda.jpg

 

La Pelée (1)

Classé dans : Histoire de Madinina — CATORC Charles @ 11:09

La Pelée (1) dans Histoire de Madinina

Intro

La Montagne Pelée est le seul volcan actif de la Martinique. Comme les neuf autres volcans de l’arc insulaire des petites Antilles, son fonctionnement est lié à la subduction de la plaque Atlantique sous celle de la Caraïbe.

L’édifice actuel couvre une superficie d’environ 120 Km2. Sept communes sont installées sur ses flancs : Le Précheur, Saint-Pierre, le Morne-Rouge, Grand-Rivière, Ajoupa-Bouillon, Basse-Pointe et Macouba. Elles représentent une population de près 35 000 habitants. En raison du risque que présente ce type de volcan,un réseau d’appareils reliés à l’Observatoire volcanologique de la Montagne Pelée au Morne des Cadets dans la commune de Fonds Saint Denis, est chargé de sa surveillance. Les autorités ont également mis en place un plan d’évacuation des zones à risques.

Les géologues s’accordent à penser que le volcan est constitué de trois édifices emboités (ancien, intermédiaire et récent) qui s’appuient sur des formations plus anciennes mises en place par les édifices environnants. La Montagne Pelée est construite de produits émis par les éruptions successives. Les dernières manisfestations marquent encore les esprits. La catastrophe du 8 mai 1902 qui a détruit la ville de Saint-Pierre, représente le début d’une phase éruptive qui reprendra en 1929.

La flore qui colonise la Montagne Pelée, présente quelques particularités liées à l’altitude et aux conditions climatiques.

 Source : http://www-peda.ac-martinique.fr/svt/geol7.shtml

Edifice péléen

Edifice ancien

Période

Il est difficile de dater les dépôts qui correspondent à l’édifice ancien. Les datations par la méthode du potassium-argon demeurent délicates en raison des risques de contaminations par l’argon atmosphérique. Cependant, la construction de cette paléo-Pelée a pu être évaluée à 300 000 à 400 000 ans.

Localisation des dépôts

L’édifice ancien repose sur des formations du Piton Conil, du Morne Jacob.

Nature des dépôts

L’édifice ancien est constitué de coulées pyroclastiques qui affleurent un peu partout sur les flancs du volcan à l’occasion des rivières et ravines qui les entaillent parfois profondément et des falaises. Ce sont des brèches, c’est-à-dire des formations comprenant des éléments anguleux de dimensions au moins centimétriques pris dans un ciment. Elles proviennent de la fragmentation de laves massives. Légèrement soudées, elles englobent des blocs plus ou moins arrondis d’andésite claire à deux pyroxènes. Le ciment est de nature cendreuse. Ces coulées pyroclastiques atteignent par endroits plusieurs mètres d’épaisseur.

Dans sa partie centrale, de rares coulées massives d’andésite claire recouvrent les brèches précédemment décrites. Ces coulées forment les reliefs du Morne Plumé et du Morne Macouba.

Enfin, les coulées précédentes marquent l’emplacement d’une ancienne caldeira probablement d’effondrement résultant d’une importante éruption.

Edifice intermédiaire

Période

Au niveau de la caldeira de l’édifice ancien, après une longue période de repos, s’édifie un nouveau cône qui marque la naissance de l’édifice intermédiaire. Son activité s’achève à 20 000 ans BP (before present, soit avant 1950).

trianpt dans Histoire de MadininaNature des dépôts

Les dépôts sont essentiellement constitués de nuées ardentes. Ils comportent de gros blocs d’andésite. Peu à peu, ces produits éruptifs comblent la caldeira de l’édifice ancien et se déversent vers Grand-Rivière et Macouba, au nord. Ces nuées affleurent abondamment dans la région. Celles que l’on rencontre au niveau d’Ajoupa-Bouillon, Prêcheur, sont constituées de blocs et de scories similaires aux formations mises en place lors des éruptions de la Soufrière de Saint-Vincent en 1902. Ces dépôts sont qualifiés de nuées ardentes de type Saint-Vincent (ce sont des nuées ardentes verticales). Les nuées ardentes de type Saint-Vincent marquent la fin de l’activité de l’édifice intermédiaire.

Entre le Morne-Rouge et La Propreté, les quartiers de Fond-Marie-Reine, Chamflore forment une dépression attribuée à un paléo-lac. Il est comblé de produits volcano-sédimentaires en position horizontale. Il s’agit d’argiles, de tourbes, de conglomérats, de dépôts volcaniques. Les bois flottés qui y ont été trouvés, indiquent que ce paléo-lac aurait fonctionné de -40 000ans à environ -20 000ans (datation carbone 14).

Edifice récent

Période

Après les phases volcaniques qui ont permis la mise en place de l’édifice intermédiaire, la Pelée connait une période de repos. L’activité cesse pendant près de 6000 ans. Un nouveau cycle éruptif débute. Les produits qui sont alors émis, édifient un nouveau cône, c’est la période actuelle du volcan, elle dure encore. Ce cycle se caractérise par une alternance d’éruptions Pliniennes (éruption ponceuse comme celle du Vésuve qui détruisit Pompéi et Herculanum en 79) et de nuées ardentes de type Saint-Vincent ou Péléen.

Localisation des dépôts

Les dépôts de l’édifice récent recouvrent largement les flancs du volcan.

Nature des dépôts

Les nuées ardentes mettent en place des volumes généralement importants de matériaux constitués de blocs et de cendres. Elles contiennent souvent du bois carbonisé, ce qui permet une datation par la méthode du carbone 14. Les coulées sont constituées de ponces blanches accompagnées de bombes en crôute de pain et de scories. Plus d’une trentaine d’éruptions ou de périodes éruptives se sont succédées pendant cette phase.

coquelicot.jpg

 

123
 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie