Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

30 septembre, 2007

Joby Bernabé – L’Artiste

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 11:42

Joby Bernabé - L'Artiste dans Poèmes créoles (Pwèm) bernabe_ind

 Poète martiniquais, se produit en spectacle et livre alors des pièces où musique, lumière et textes sont au service de la poésie. Ses écrits connaissent une diffusion assez confidentielle, mais Joby Bernabé mérite pourtant d’être connu comme un poète de tout premier plan.

Né à Saint-Pierre en 1945, Joby Bernabé à partir de 1964 poursuit des études de Lettres Modernes et d’espagnol, à Montpellier puis à Nanterre. A Paris, il se découvre une passion pour le théâtre, et avec les troupes d’amateurs et de professionnels, il s’attachera, dans Kimafoutiésa (1973) à évoquer le grave problème de l’émigration et de la déculturation.

Il voyage aussi sur le continent africain. En deux ans, il parcourt l’Algérie, le Mali, le Niger, le Dahomey, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, et en reviendra  » marqué parl’Oralité,le Verbe et le Chant « . De retour à Paris en 1972, il y écrit pour le théâtre. Jusqu’en 1975 où son retour en Martinique marque le début de sa carrière de « Diseur de Paroles »

Joby Bernabé marque également son intérêt pour Léo Ferré, pour Jacques Brel, pour l’univers créole de Sony Rupaire, ou pour « les poètes d’ici ». Au niveau musical, c’est notamment avec le Brésilien Hermeto Pascoal et son folklore féerique que l’on peut faire un rapprochement. On est aussi tenté d’établir un lien avec le « flow » du rap ou du ragga (son fils est membre d’un des meilleurs groupes dans le genre, Redzone.)

Dès ce retour en Martinique en 1975 il poursuivra ses recherches sur l’oralité de la langue créole, se produisant dans divers festivals au cours desquels il mêle poésie et jeu scénique, et où tout texte est geste et rythme. Ses oeuvres sont l’expression des combats qu’il mène et de son amour de l’humanité, mais malheureusement ne sont guère accessibles (ils sont pour la plupart vendus à l’issue des festivals où il se produit, mais ne peuvent être trouvés en librairie). On signalera tout particulièrement le petit recueil Dabô pou yonn…, sans date, dans lequel le poème « Fanm » constitue une des plus belles pièces de la poésie créole naissante.

Maître du souffle, le Martiniquais sait manier les mots comme nul autre. Guitare, percussions, flûte ou clarinette ponctuent, commentent, accompagnent ses paroles ; et dans les meilleurs moments, une véritable symbiose lie les sons boisés aux mots créoles. Un créole de jeux de mots, de rythmes, de consonances ou d’allitérations, dont les possibilités lexicales et sonores sont explorées par sa voix grave, rocailleuse ou caressante, toujours chaleureuse. Mais il y a plus : la diction rythmée de Joby Bernabé donne aux mots un sens inouï. Et même, il leur donne corps. D’ailleurs il joue (comme un acteur) ou danse les mots presque autant qu’il les dit.

Cette grande liberté d’expression est au service d’une poésie exaltante, ou de contes mis en scène. Joby Bernabé dit son attachement à sa terre, son amour de la Femme, célèbre la communion de l’Homme avec la Nature. Il réfléchit aussi, à l’identité, à l’humain, au spirituel. Ou il sait être ludique ; comme dans cette saynète virtuose et hilarante où sont critiquées avec humour les propagandes religieuse et politique, le consumérisme à l’antillaise, dans un délire verbal à la fois hallucinant et d’une lucidité mordante.

Qu’on le dise conteur, poète, ou précurseur parmi nous des scansions syncopées, il ne suit selon lui que les traces des paroles qui sollicitent sa voix et confortent sa voie. Il joue, comme bon lui chante, les partitions de mots pétris de mélodies et de tempos. C’est le fruit d’une élaboration jubilatoire et progressive, enclenchée depuis quelques années. Les barrières de langues, de cultures, et de modes baissent leurs gardes devant la pertinence émotionnelle de ce langage syncrétique. Les mots créoles ou français remontent à la surface des consciences de leur propre impulsion.

 Sources : http://afiavi.free.fr/e_magazine/article.php3?id_article=36

                 http://creoles.free.fr/Cours/auteurs1.htm#Joby%20B

                http://perso.orange.fr/lameca/cat/theatre_repertoire/notices/bernabe_joby.htm

Laisser un commentaire

 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie