Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 22 novembre 2008

22 novembre, 2008

Quel sport contre l’anxiété ?

Classé dans : Education à la santé — CATORC Charles @ 11:48

De

Clarisse Nénard

Journaliste sportive & Auteur

Les effets positifs du sport tant psychiques que physiques, sont réels pour prévenir et améliorer les troubles de l’anxiété.

Palpitations, le souffle qui se coupe, impossibilité d’inspirer suffisamment ou de se détendre, tremblements, vertiges, problèmes digestifs, nausées, crise de tétanie… 4 à 5% des Français souffriraient de troubles anxieux généralisés. L’anxiété n’est ni du stress ni de l’angoisse ou un sentiment d’insécurité, c’est une peur diffuse, un léger affolement interne.

Cet état d’alerte, de tension psychologique et somatique, s’accompagne d’un sentiment désagréable de peur ou d’inquiétude. Il est favorisé par le stress, le surmenage, les obligations de résultats (vie professionnelle, privée ou familiale). Soumis au doute perpétuel, l’anxieux chronique a du mal à prendre une décision ou à choisir. Très dépendant de son entourage, il supporte mal les séparations. Les soucis quotidiens sont démesurément grossis…

Si l’anxiété est principalement traitée à coups d’anxiolytiques et d’antidépresseurs ou de séances de psychothérapie, l’activité physique a également une action positive sur cet état, notamment les sports dits d’endurance.

L’EXERCICE : QUE DU BONHEUR !

Nous savons que l’exercice améliore la tonicité musculaire et la densité osseuse, renforce le coeur, améliore la circulation sanguine, régule la tension artérielle, décrasse les poumons, fait baisser le taux de sucre, augmente les dépenses énergétiques, stimule le système immunitaire… Nous lui connaissons aussi un effet euphorisant. A tel point que certains joggeurs ou sportifs de haut niveau, après un effort long et intense, parlent de grâce, de flottement. Ce que les entraîneurs appellent communément « l’extase du coureur ». Mais saviez-vous que le sport joue également un rôle important dans la prévention et la lutte contre l’anxiété ? Il a un effet anxiolytique grâce aux endorphines secrétées de manière plus significative pendant et après l’entraînement. Sans compter qu’il permet de réduire les médicaments ou d’en réserver la prescription aux cas les plus extrêmes.

VIVE LES ENDORPHINES

Une fois libérées par le cerveau, plus précisément par l’hypothalamus et l’hypophyse, les endorphines, morphines endogènes produites par l’organisme, se dispersent dans le sang, les tissus de l’organisme et le système nerveux central. De structure moléculaire proche de celle des opaciés, les endorphines atténuent la douleur, réduisent le stress, contrôlent la respiration ainsi que le transit gastro-intestinal, procurent une sensation de plaisir, l’euphorie et le sommeil. Des chercheurs ont démontré avec l’aide de l’électro-encéphalogramme (mesure de l’activité du cerceau) que certains sports tels que la marche, la natation, la course à pieds, ou encore le roller augmentent l’activité des ondes alpha dans le cerveau.

A ce rythme, qui oscille entre 7 et 14 cycles par seconde, les deux hémisphères du cerceau arrivent à fonctionner ensemble dans une harmonie parfaite. D’où une amélioration de la concentration et de la mémoire, de la gestion des états de stress et émotionnels. Le sport permet un contrôle conscient du fonctionnement de notre corps, de nos organes et de nos réactions physiologiques, une prise de contrôle de nos habitudes, surtout celles que l’on désire changer afin d’en créer de nouvelles plus positives et salutaires pour notre vie. Plus à l’écoute de notre intuition, nous savons ce qu’il faut faire au moment où il faut le faire. Alors qu’avec le rythme bêta, nous fonctionnons souvent avec un hémisphère dominant (le gauche dans la plupart des cas), ce qui privilégie le travail analytique et la réflexion, nous « privant » de toute la perception intuitive, créative et globale de l’hémisphère droit.

 

CHOIX, INTENSITE ET DUREE, TOUT EST LIE

Jogging, vélo, marche, natation, roller, ski de fond, raquettes, les activités en salle, de type cardio-training (rameur, tapis de course ou de marche, steppeur, elliptique…) sont les solutions idéales pour stimuler la sécrétion des endorphines et augmenter la production d’ondes alpha. Les cours d’aérobic, de step, de cycling ne sont pas en reste non plus. Tout comme le football, basket, le volley, le handball qui sont des sports à efforts fractionnés, ce que les sportifs appellent « l’interval training ». Mais pour diminuer l’anxiété, il ne suffit pas de courir. L’intensité de l’exercice à son importance. Selon de nombreuses expériences menées par des chercheurs en médecine du sport, la réduction de l’anxiété serait effective en pratiquant une activité physique modérée, à 70% de la fréquence cardiaque maximale, sur une durée de vingt (20) minutes.

 

LE CONTRÔLE DU CORPS

Plus modérés, le Qi Gong et le Taï Chi sont deux gymnastiques basées sur trois principes : le contrôle du mouvement naturel, lent et détendu; le contrôle de la respiration lente et synchronisée avec le geste; le contrôle de la pensée qui dirige le Qi, le souffle à l’intérieur du corps. Un moyen efficace pour mieux gérer une émotion et un stress, permettant ainsi une meilleure adaptation à l’environnement. A travers la respiration, le yoga, la méditation, la sophrologie restent des techniques de relaxation très efficaces pour gérer les angoisses.

A chacun sa solution !!

Source : Magazine Bien-Être & Santé – N° 256 – Nov 2008

 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie