Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

21 septembre, 2009

Stress au travail

Classé dans : Education à la santé — CATORC Charles @ 17:48

Comment lui résister ?

images1.jpg

Retrouver son travail après les vacances, c’est parfois en retrouver le stress. Or près d’un salarié sur cinq estime que sa santé est affectée par des problèmes de stress d’origine professionnelle. Le phénomène n’épargne aucun secteur d’activité, un coût pour l’entreprise, un coup pour la santé.

Depuis une vingtaine d’années, le stress est devenu un problème majeur de santé au travail.

 » Le stress d’origine professionnelle est un vrai danger sous sa forme chronique et excessive. Être en permanence sous pression crée de la souffrance. Le corps n’a plus de défenses pour résister », résume Fabrice Guez, fondateur de la Société Française de prévention et de Gestion du Stress.

Face à une menace ou un enjeu important, le corps réagit naturellement en libérant des hormones. Certaines lui apportent de l’oxygène – elles ont pour effet d’augmenter la fréquence cardiaque, la tension et la température – et d’autres de l’énergie (du glucose). Mais si la situation stressante dure ou s’intensifie, l’organisme fonctionne alors en surrégime.

Des signes d’alerte, de forme et d’intensité variables, peuvent apparaître en quelques jours : troubles du sommeil, anxiété, douleurs dorsales, musculaires ou gastriques, migraines, etc. Les défenses immunitaires finissent par s’épuiser et de véritables maladies peuvent s’installer comme des troubles musculo-squelettiques (première cause de maladie professionnelle en France), des problèmes cardiovasculaires, gastriques ou dermatologiques, des dépressions, etc.

« Peu de gens sont attentifs à leurs sensations corporelles, il est fondamental de repérer tout signe d’alerte. Il ne faut pas les laisser s’installer ni attendre de craquer », conseille Anne-Carole Delhommeau, psychosociologue.

 

Agir à la source

images.jpg 

 Productivité accrue, réduction d’effectifs, intensification et surcharge de travail, conflits, manque de soutien ou de reconnaissance, organisation complexe… Le travail évolue et les risques professionnels aussi. Un exemple : 89% des salariés ont le sentiment de devoir travailler trop vite.

 » Certaines situations sont beaucoup plus stressantes : les situations dans lesquelles la pression est importante et où, dans le même temps, la personne a le sentiment d’un faible contrôle », explique Fabrice Guez.

Demander à être associé aux prises de décision ou à la planification des tâches, parler à son supérieur hiérarchique de responsabilités qui ne seraient pas clairement définies, évoquer une formation si nécessaire… Telles sont les principales recommandations de l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail aux salariés stressés.

« Toutes les situations de changement, (évolution de poste, nouvelle direction, fusion…), d’incertitude et d’imprévisibilité favorisent le stress. Idéalement, il est recommandé d’agir sur soi-même, sur ses partenaires professionnels ainsi que sur les facteurs organisationnels », complète Anne-Carole Delhommeau.

Par exemple, pour un retour de vacances réussi, préparez le terrain : prévoyez une délégation des dossiers et un sas de décompression de quelques jours sans trop de rendez-vous à votre retour et dites-vous que nul n’est irremplaçable ! Interrogez-vous sur l’origine de votre stress professionnel. Est-ce le contexte, l’organisation de l’entreprise ou les relations dans l’équipe ?

La vie en collectivité repose effectivement sur un équilibre précaire et il faut savoir accepter les différences de point de vue.

 » Il est normal d’avoir des conflits. Il faut apprendre à les repérer, à sortir du non-dit puis à les traiter avec empathie. Le soutien social est une forme de reconnaissance, une véritable arme antistress », conseille Anne-Carole Delhommeau.

S’armer au quotidien

images2.jpg 

 Après une journée de travail sous tension, pensez à décompresser. Une bonne respiration, un bain chaud, dix minutes de lecture ou un sommeil de qualité (en respectant ses rythmes biologiques) peuvent suffire. Une activité physique modérée (la marche à pieds, le vélo, la natation…) est également un excellent moyen de « consommer » une partie  des molécules toxiques sécrétées en excès lors de situations de stress.

Pour diminuer leur toxicité, une alimentation saine et variée permet d’apporter à l’organisme des antioxydants naturels très utiles. Autre piste, les techniques de développement personnel (sophrologie, relaxation, thérapies cognitives et comportementales…) apprennent les bons réflexes.

 » Tout le monde doit pouvoir développer des stratégies de régulation du stress à actionner au moment de la crise et mettre en place une bonne hygiène de vie » conclut Fabrice Guez.

 images3.jpg

 Source : Anne-Sophie Prévost – MNH revue – N° 165 – Août 2009

 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie