Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

25 février, 2010

Le Manicou

Classé dans : La Culture de Madinina — CATORC Charles @ 11:05

faunemanikou1.jpg 

Le manicou dit « mannikou » en créole ou pian ou sarigue à oreilles noires est un petit marsupial de la famille des opossums (marsupial de l’ordre des Didelphimorphia et de la famille de des Didelphidae. Son nom, qui peut aussi s’écrire « manikou », vient probablement d’une langue amérindienne. Il est à peu près aussi gros qu’un chat. Sa queue mince et lisse peut atteindre la même taille que le corps proprement dit (50 cm). Il pèse entre 500 et 1 500 grammes. Ses gros yeux sont habitués à l’obscurité.
Il possède des crocs acérés, ses prémolaires sont coupantes et ses molaires broyeuses. Sa bouche est remplie de 50 dents.
Les poils ou vibrisses de son museau sont très sensibles et font office d’organe tactile. Les quatre pieds du manicou ont des pouces inversés pour lui faciliter la grimpe dans les arbres. Il s’abrite dans les arbres creux pour dormir.

Il mange fruits, des insectes, grenouilles, mais aussi des oiseaux et des oeufs. Son régime alimentaire est très varié. Le manicou male vit en solitaire, tandis que la femelle s’occupe des petits. Jusqu’à trois fois par an, la femelle met au monde 5 à 9 petits, après une gestation de 2 semaines passée dans un nid de feuillages. Les nouveau-nés sont ensuite portés dans la poche ventrale (ou marsupium) de la mère pendant 60 à 70 jours car ils sont très faibles et ne pèsent que 0,2 grammes. À la fin de cette période, ils pèsent 50 grammes. Ils passeront encore 8 à 12 jours dans un nid rudimentaire. Après quoi, pesant entre 80 et 120 grammes, les petits quittent leur mère. La longévité en milieu naturel est estimée à deux ans et demi.
Le mâle vit seul. Le manicou est un animal nocturne, il passe la majeure partie du jour à dormir dans des arbres creux, la tête placée en dessous du reste de son corps. À l’aurore, il descend au sol chercher sa nourriture. Il se déplace très lentement, ce qui a parfois comme conséquence la collision avec des voitures sur les routes, donc la mort.
Lorsqu’il se sent en danger, il émet une odeur désagréable et si le danger se rapproche, il s’évanouit pour déstabiliser l’adversaire.
Le domaine vital du manicou est très grand : entre 20 et 140 hectares selon les individus. Le territoire n’est pas exclusif, c’est-à-dire que certaines étendues sont partagées entre plusieurs animaux

Autrefois le manicou était cuisiné en ragout. Aujourd’hui, le manicou est protégé en Martinique par un arreté du 17 février 1989.

Le manicou se rencontre dans les Antilles et entre autres en Martinique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud, du sud du Mexique jusqu’en Bolivie. Le manicou réside dans les forêts primaires et secondaires et les savanes mais aussi sur des terres agricoles. De temps en temps, certains manicous égarés se retrouvent dans les villes.

manicoured.jpg

 

The manicou said « mannikou » in Creole or pian or black-eared opossum is a small marsupial family of opossums (marsupial of the order of the Opossum and the family Didelphidae. Its name, which can also be written  » manikou « probably comes from an Amerindian language. It is almost as big as a cat. Its slim and smooth tail can reach the same size as the body itself (50 cm). It weighs between 500 and 1 500 grams. His big eyes are accustomed to darkness.
It has sharp teeth, its premolars are sharp and flail his molars.
Her mouth is filled with 50 teeth.
The hairs or whiskers of his nose are very sensitive and act as tactile organ. The four feet inches manicou have reversed to facilitate his climb in trees.
He takes shelter in hollow trees to sleep.

It eats fruit, insects, frogs, but also birds and eggs. Its diet is varied. The manicou male living alone, while the female takes care of children. Up to three times a year, the female gives birth to 5 to 9 small, after a gestation period of 2 weeks spent in a nest of leaves. Newborns are then carried in the pouch (or marsupium) of the mother for 60 to 70 days because they are very small and weigh only 0.2 grams. At the end of this period, they weigh 50 grams. They will spend another 8 to 12 days in a rudimentary nest. Then, weighing between 80 and 120 grams, the young leave their mother. Longevity in the wild is estimated at two and a half years.
 

The male lives alone. The manicou is a nocturnal animal, it spends most of the day sleeping in hollow trees, his head placed below the rest of his body. At dawn, he descends to the ground looking for food. It moves very slowly, which sometimes results in collisions with cars on the roads, then death.
When it feels threatened, it emits an unpleasant smell and if the danger approaches, it vanishes to destabilize the opponent.
The home range of manicou is very large: between 20 and 140 hectares depending on the individual.
The territory is not exclusive, that is to say that certain areas are shared between several animals

Formerly the manicou was cooked in stew. Today, manicou Martinique is protected by a decree of February 17, 1989.

The manicou occurs in the Caribbean and among others in Martinique, Central America and South America, southern Mexico to Bolivia. The manicou resides in primary and secondary forests and savannas but also on agricultural land. Occasionally, some stray manicous are found in cities.

manicou2.jpg

1 février, 2010

Quelle liberté veux-tu ?

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 16:48

Méditation du jour : Quelle liberté veux-tu ?

Saint Marc 5, 1-20

Ils arrivèrent sur l’autre rive du lac, dans le pays des Géraséniens. Comme Jésus descendait de la barque, aussitôt un homme possédé d’un esprit mauvais sortit du cimetière à sa rencontre ; il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus l’attacher, même avec une chaîne ; en effet on l’avait souvent attaché avec des fers aux pieds et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes, brisé les fers, et personne ne pouvait le maîtriser. Sans arrêt, nuit et jour, il était parmi les tombeaux et sur les collines, à crier, et à se blesser avec des pierres. Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui et cria de toutes ses forces : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu très-haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me fais pas souffrir ! » Jésus lui disait en effet : « Esprit mauvais, sors de cet homme ! » Et il lui demandait : « Quel est ton nom ? » L’homme lui répond : « Je m’appelle Légion, car nous sommes beaucoup. » Et ils suppliaient Jésus avec insistance de ne pas les chasser en dehors du pays. Or, il y avait là, du côté de la colline, un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture. Alors, les esprits mauvais supplièrent Jésus : « Envoie-nous vers ces porcs, et nous entrerons en eux. » Il le leur permit. Alors ils sortirent de l’homme et entrèrent dans les porcs. Du haut de la falaise, le troupeau se précipita dans la mer : il y avait environ deux mille porcs, et ils s’étouffaient dans la mer. Ceux qui les gardaient prirent la fuite, ils annoncèrent la nouvelle dans la ville et dans la campagne, et les gens vinrent voir ce qui s’était passé. Arrivés auprès de Jésus, ils voient le possédé assis, habillé, et devenu raisonnable, lui qui avait eu la légion de démons, et ils furent saisis de crainte. Les témoins leur racontèrent l’aventure du possédé et l’affaire des porcs. Alors ils se mirent à supplier Jésus de partir de leur région. Comme Jésus remontait dans la barque, le possédé le suppliait de pouvoir être avec lui. Il n’y consentit pas, mais il lui dit : « Rentre chez toi, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » Alors cet homme s’en alla, il se mit à proclamer dans la région de la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l’admiration.

Prière d’introduction Seigneur, ta lumière a de nouveau brillé parmi nous. Tu m’as créé et tu me soutiens : en toi je crois. Tu m’as donné tout ce qui peut servir à mon bien et à celui des autres : en toi je mets ma confiance. Tu m’as montré un amour ferme et constant : c’est toi que j’aime.

Demande Seigneur, libère-moi de mes fautes. Aide-moi à retrouver le sens de ma vie, ce qui peut me guider et m’éloigner de tout ce qui n’est qu’un mirage du bonheur.

Points de réflexion

1. Liberté, où es-tu ? Si je pouvais briser des chaînes et ne jamais être entravé, quelle force et quelle liberté aurais-je donc ! Mais si je devais être infidèle à mes engagements envers Dieu et les hommes, consommer de la drogue, ou faire tout ce que je veux, serais-je heureux ? Voilà la question : la liberté me rend-elle heureux ? Ceux qui ignorent les commandements de Dieu pensent « prendre leur vie en charge » mais en réalité, c’est « la vie qui se charge d’eux » et un échec inévitable les attend. Le possédé dans l’Evangile d’aujourd’hui est-il heureux ? Quel est le but de sa vie ? Il traverse vallées et collines, s’écorche sur les pierres, circule parmi les tombes. Il y a des choses contre lesquelles l’homme ne peut rien : projeté par des forces aveugles, « il se meurtrit sur les pierres ». En considérant nos fautes, nous pouvons nous trouver impuissants à changer le cours de notre histoire. Et pourtant, nous pouvons améliorer les choses avec Celui qui peut rendre toutes choses meilleures : avec Dieu. Avec l’amour et la grâce de Dieu que nous apportent particulièrement les sacrements, la liberté vient toujours. Seigneur, aide-moi à être vraiment libre.

2. La loi de la liberté Souvent la liberté que le Christ nous propose semble nous priver de nos conforts, de ces choses matérielles qui nous tiennent à cœur. Les porchers qui ont vu leurs porcs se précipiter à la mer prirent la fuite et furent saisis de crainte devant cette perte. Bien qu’ayant vu le possédé reprendre ses sens, ils demandèrent à Jésus de s’éloigner de leur territoire. Les affaires peuvent bien aller, mais si le Seigneur veut libérer quelqu’un au prix de quelques biens matériels ou d’une position sociale, nous devons être prêts à reconnaître ce qu’il y a de plus important. Souvent dans nos vies, le monde nous demandera de compromettre nos principes mais nous devons être capables de façonner le monde selon les préceptes que Dieu a donnés à l’homme. En les suivant, notre esprit apprendra à se libérer des choses matérielles pour atteindre le bonheur infini auquel nous aspirons jour et nuit. Dieu lui-même, par sa révélation et par l’Eglise, nous a donné la lumière qui nous libérera : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » Voilà le chemin qui conduit à la vraie liberté.

3. Recherchez la liberté et le bonheur infini Pour les Juifs, les porcs étaient synonymes de « impur ». Il était interdit d’en manger et encore plus humiliant d’avoir à les garder. Par ailleurs, dans combien de choses impures notre esprit n’est-il pas embourbé ? Dieu, dans sa majesté et sa bonté infinies, veut nous donner tout ce qu’il nous faut, même des miracles, si seulement nous acceptons de faire les indispensables premiers pas. Les saintes Ecritures nous montrent qu’il n’attend qu’une infime manifestation de bonne volonté. Il faut se débarrasser de ce qui offense Dieu, de tout ce qui nous attache au monde pour finalement entendre et comprendre ce qu’il veut nous révéler. Quand le Christ retourna dans cette région, les gens l’accueillirent et déposèrent des malades devant lui, certainement parce qu’ils avaient entendu le témoignage de l’homme guéri. Prier semble prendre trop de temps de notre journée mais, y a-t-il quelque chose de plus précieux que la prière et la réception des sacrements ? Que devient notre vie sans l’aide de Dieu ? A-t-on la même charité, la même attention envers les autres, se soucie-ton des moindres détails ? Notre comportement le dira.

Dialogue avec le Christ Seigneur, il n’y a pas de plus grande liberté que celle que tu nous donnes en nous demandant d’aimer et de pardonner à notre prochain. Aide-moi à trouver la force de changer. Aide-moi à trouver les moyens de changer, à trouver le temps d’écouter ta Parole de Vie, celle qui m’a créé et qui me récrée chaque jour.

Résolution Aujourd’hui, je me ferai un emploi du temps pour la semaine où il y aura 15 minutes dédiées à la méditation chaque jour. Et je m’y tiendrai

 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie