Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

19 novembre, 2010

Embellir la maison

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 11:07

Méditation du jour : Embellir la maison

 

eglise.bmp 

 

Saint Luc 19,45-48

Jésus entra dans le Temple, et se mit à expulser les marchands. Il leur déclarait : « L’Ecriture dit : ‘Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits.’ » Il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les chefs des prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas le moyen d’y arriver ; en effet, le peuple tout entier était suspendu à ses lèvres.

Prière d’introduction : Je te rends grâces, Seigneur Jésus, de cette occasion que tu me donnes d’être en ta présence. Que ce temps de prière soit fructueux. Conduis-moi à la connaissance de toi-même. Enseigne-moi à m’abandonner à toi afin que ma volonté soit transformée en la tienne.

Demande : Seigneur, aide-moi à me vider entièrement de mes désirs égoïstes pour que tu viennes combler entièrement mon âme.

Points de réflexion

1. Ma maison sera une maison de prière. L’évangile d’aujourd’hui fait écho à celui de saint Jean de dimanche dernier (Jn 2,13-22). Voyant Jésus expulser les marchands du Temple, les juifs lui demandent un signe pour justifier son geste d’autorité. Jésus leur répond : «  Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. » Le terme grec (naos) utilisé par Jésus et traduit par « Sanctuaire », ne désigne pas l’ensemble de l’édifice du Temple. Ce terme est réservé au tout petit édifice au cœur du Temple, qui abrite le saint des saints ; le lieu où Dieu réside, où il est invoqué et où il est adoré. En faisant allusion à sa résurrection (‘Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai’), Jésus affirme clairement que le véritable Temple est son Corps. Désormais la présence divine ne repose plus sur un édifice, mais sur sa Personne. Et tout cela, il l’est en tant que Fils, puisqu’il désigne le Temple comme la Maison de son Père. Si le Fils chasse les marchands et les changeurs de la Maison de son Père, c’est donc que celui-ci n’est plus honoré par ce genre de sacrifice. Ce que le Père attend désormais, c’est le respect d’un cœur filial, qui manifeste son amour par son obéissance et son dévouement.

2. L’amour de ta maison fera mon tourment. (Jn 2, 17) Ayons à cœur de cultiver nous aussi un saint zèle pour protéger la maison de Dieu. Nous sommes tellement habitués à son amour plein d’indulgence pour nous – amour que nous acceptons naturellement- que nous oublions ou négligeons de défendre ses droits. La nouveauté de l’enseignement du Christ transforme les cœurs en temples vivants de Dieu. Il habite en nous comme dans un temple vivant. Comme le dit Saint Paul, nous sommes « le Temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en nous » (1 Co 3). Mettons-nous de l’enthousiasme à garder le temple de notre personne loin des impuretés du monde ? Voyons-nous quelle injustice nous commettons quand nous faisons entrer dans le temple de notre cœur des soucis purement terrestres et des pratiques de péché ? Si le zèle pour la maison du Père nous préoccupe, est-ce que nous avons souvent recours aux sacrements comme moyens de nous purifier de tout ce qui n’est pas digne de lui ?

3. La caverne de bandits. L’âme qui recherche la sainteté trouvera sans cesse des pièges sur son chemin : distractions, découragements, peur d’y mettre le prix, inconstance, pour ne nommer que ceux-là. Notre nature blessée cherche à étouffer nos bonnes résolutions de chercher à vivre la sainteté. Par conséquent, cette vie avec le Christ doit être constamment cultivée, tout comme une relation amoureuse humaine. L’amour engendre l’amour. La médiocrité, elle, nous porte graduellement à perdre la ferveur. Ne relâchons pas nos efforts. Chaque jour nous devons nous accrocher aux paroles du Christ, l’entendre redire dans nos cœurs ses paroles qui nous sauvent, et faire tout pour lui être agréable dans ce que nous entreprenons.

Dialogue avec le Christ : Seigneur Jésus, enlève de ma vie tout péché, et plus particulièrement ce qui éloigne le plus mon cœur de toi et ces choses auxquelles je suis attachées. Je veux te les offrir pour que Tu me purifies, pour que Tu restaures en moi la vie de la grâce et que Tu me conduises sur les grands chemins de la sainteté.

Résolution : Je rechercherai dans ma vie les domaines où la médiocrité s’est installée et je prendrai des moyens concrets pour la déraciner.

 

arbresderacines372959.jpg

Le Piment

Classé dans : Fruits & Légumes du Pays — CATORC Charles @ 10:13

Capsicum annuum

Le terme piment (légume vert, jaune, orange ou rouge) est un nom vernaculaire utilisé en français pour désigner plusieurs espèces de plantes annuelles de la famille des solanacées. Il est à noter qu’au Canada, le terme piment est parfois utilisé de manière restrictive pour faire référence uniquement aux poivrons; les autres variétés de solanacées ayant un goût plus piquant sont quant à elles qualifiés de piment fort. Les piments sont originaires d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, cultivés comme plante potagères pour leurs fruits aux qualités alimentaires et aromatiques. Le terme désigne aussi le fruit de cette plante. Le mot correspond à cinq espèces du genre capsicum.

Le piment est originaire d’Amérique centrale, d’Asie, des Antilles et du nord de l’Amérique du Sud et servait à relever la nourriture et les boissons souligne François Couplan. Les Aztèques par exemple le préparaient avec du cacao. Christophe Colomb l’a ramené du Nouveau Monde en Europe à la fin du XVe siècle.

 

espelette.bmp

Piment d’Espelette – Landes

Le piquant

Les nombreuses variétés de piment peuvent se classer du doux au très fort. Il existe une échelle dite échelle de Scoville permettant de quantifier la force, liée à la teneur en capsaïcine, des diverses variétés. On trouve parmi celles-ci : le piment de Cayenne et le piment langue d’oiseau, le Habanero des Antilles, le piment d’Espelette cultivé au Pays basque (bénéficiant d’une AOC en France depuis 1999)

Boire de l’eau pour atténuer la force d’un piment est inutile car la capsaïcine est liposoluble (et hydrophobe), en revanche la caséine du lait neutralise l’action de la capsaïcine sur les récepteurs de la douleur. On évitera de toucher ses yeux, ses lèvres et autres muqueuses en préparant des piments sous peine de brûlures douloureuses.

Les piments sont piquants car les capsaicinoïdes permettent d’éliminer leurs prédateurs naturels. En étudiant des plants sauvages de piments, des chercheurs ont montré que les Capsicum « se pimentaient » en fonction de la densité de leurs ennemis : quand les insectes sont nombreux, les plants sont plus souvent pimentés, et quand les attaques de champignons se multiplient, ils sont encore plus piquants ! Au contraire, sans nuisible, les piments sont plus doux.

C’est pour ces qualités que le piment est devenu un ingrédient de base dans toutes les cuisines tropicales. Dans un pays chaud, agrémenter ses plats avec du piment aurait un effet bactéricide et permettrait donc de réduire fortement les infections intestinales.

 

Le Piment dans Fruits & Légumes du Pays hottest%20chili

le Bhot Jolokia

Saveur

Outre leurs qualités piquantes, les piments ont une saveur ou un parfum. Un habaneros n’a pas le même goût qu’un piment thai.

 

Santé

Tous les piments contiennent des composés phytochimiques connus collectivement sous le nom de Capsaïcinoides.

  • La capsaïcine a permis en laboratoire, l’apoptose de cellules cancéreuses chez le rat.

  • Des recherches récentes chez la souris montrent que le piment (la capsaïcine en particulier) pourrait permettre une perte de poids chez les personnes souffrant d’obésité.

  • Des chercheurs ont utilisé la capsaïcine du piment pour tuer les cellules nerveuses du pancréas de souris ayant un diabète de type 1, permettant ainsi aux cellules productrices d’insuline de recommencer à produire de l’insuline. Les chercheurs ont constaté que la quantité d’insuline nécessaire pour abaisser la glycémie après un repas est réduite si le repas contient du piment.

  • Après l’ajout de piment à l’alimentation, le LDL, ou mauvais cholestérol, résiste plus longtemps à l’oxydation, ce qui retarde le développement d’un risque majeur pour les maladies cardio-vasculaires.

  • Les épices, et le piment, permettent de contrôler les niveaux de contamination microbienne des aliments dans les pays avec peu ou pas de réfrigération.

  • Une consommation élevée de piment est associée au cancer de l’estomac .

  • Les aflatoxines et composés N-nitroso, qui sont cancérigènes, se retrouvent fréquemment dans la poudre de piment.

  • Une ingestion chronique de piment peut induire un reflux gastro-œsophagien.

  • L’ingestion de petites quantités de piment peut aggraver temporairement l’état de patients souffrant d’hémorroïdes, en provoquant douleur, démangeaisons et saignements.

  • La consommation de piments ou d’autres épices peut aggraver l’inflammation des maladies articulaires, telles que la bursite et la goutte.

  • Une consommation élevée de piments peut provoquer des irritations, brûlures au niveau de l’anus lors de la défécation.

 

piment.jpg

Bonda man jacques - Martinique

Espèces

Il existe en fait cinq espèces de piments domestiquées, chacune distinguable (en partie) grâce à ses fleurs :

  • Capsicum annuum (se prononce a-nu-om) : la plus cultivée (quelques variétés : Cayenne, Paprika, Ancho, les différents wax…). Les fleurs sont généralement blanches. On trouve aussi des variétés décoratives (comme peruvian purple, aux fleurs violettes) dont la saveur n’est pas le point fort.

  • Capsicum baccatum : généralement, fleurs blanches avec des traces jaunes ou vertes sur les pétales. Ce sont souvent de grandes plantes (plus de un mètre de haut). Les aji (piments d’amérique du sud) appartiennent à cette espèce.

  • Capsicum chinense : qui ne vient pas de Chine, contrairement à ce que le nom suggère, mais d’Amérique du Sud (comme les autres). Les fruits ont une saveur caractéristique d’abricot, mais ils sont aussi parmi les plus forts qu’on puisse goûter, donc il convient de prendre ses précautions à la dégustation. Quelques variétés : Habanero, coiffe d’évêque. Ces espèces sont lentes à germer et lentes à mûrir, elles demandent un climat chaud et humide (tropical).

  • Capsicum frutescens : les variétés de C. frutescens donnent des fleurs blanches, teintées de vert, avec des anthères violettes. Elles sont peu cultivées, mis à part le fameux tabasco.

  • Capsicum pubescens : sans doute les variétés les moins communes en culture, car ce sont les plus délicates. Les fleurs sont violettes, avec des anthères blanches. C’est la seule espèce produisant des graines noires. Le piment rocoto fait partie de cette famille.

En outre, on trouve 23 espèces sauvages, généralement à petits fruits (qui sont avalables par les oiseaux, le vecteur naturel de reproduction des piments).

 

pivege.jpg

Piments végétarien – Martinique

Variétés

  • Anaheim (Capsicum annuum ‘Anaheim’) ou aji Colorado, piment de Californie, piment du Nouveau Mexique, piment du Rio Grande

  • Ancho, ou piment poblano

  • Chiltepin

  • Chimayo

  • Cubanelle ou cascabel, petit hochet

  • De Árbol

  • Guajillo

  • Habanero (Capsicum chinense) ou jamaican hot, piment lampion, piment antillais, rocotillo, scotch bonnet

  • Jalapeño (Capsicum annuum) ou chipotle, morita

  • Paprika (Capsicum annuum)

  • Pasilla ou chilaca

  • Pili-pili

  • Piment banane jaune ou rouge

  • Piment de Cayenne (Capsicum frutescens, Capsicum baccatum) ou aji, piment enragé, poivre de Cayenne

  • Piment d’Espelette (Capsicum annuum L. Gorria)

  • Piment doux de Gascogne ou piment doux des Landes (Capsicum annuum)

  • Piment kabyle

  • Piment oiseau ou pequin, piment zozio, piri-piri

  • Piment vietnamien

  • Poivron (Capsicum annuum) aussi appelé piment doux

  • Pulla

  • Serrano

  • Piment d’ornement

 

pimentcayenne.bmp

Piment Cayenne

Utilisation

Le piment peut servir à fabriquer un puissant insecticide naturel. Pour l’obtenir, il suffit de piler finement 300 g (correspondant à six poignées de piment frais ou trois de piment sec), puis de mélanger à deux litres d’eau. Le tout est bien secoué dans un récipient à couvercle étanche afin d’obtenir un mélange homogène (attention aux yeux !). Ensuite, il faut procéder au filtrage. De l’eau savonneuse est ajoutée à la solution filtrée afin qu’elle se fixe sur les feuilles. On obtient ainsi un concentré qu’il convient de répandre immédiatement à l’aide d’un pulvérisateur ou d’un arrosoir à main. De l’avis des spécialistes, il s’agit là d’un puissant insecticide qui détruit en un délai très court les parasites. Il serait aussi utilisé dans certains milieux comme châtiment corporel.

 

Galerie

 

 

Valeur nutritive

C’est un fruit riche en vitamines B1, B2 et C.

 

Piment serrano cru
(valeur nutritive pour 100g)
eau : 90,25 g cendres totales : 0,87 g fibres : 3,7 g valeur énergétique : 32 kcal
protéines: 1,74 g lipides: 0,44 g glucides: 6,70 g sucres simples : 4,06 g
oligo-éléments
calcium : 11 mg fer : 0,86 mg magnésium : 22 mg phosphore : 40 mg
potassium : 305 mg cuivre : 0,129 mg sodium : 10 mg zinc : 0,26 mg
vitamines
vitamine C : 100 mg vitamine B1 : 0,054 mg vitamine B2 : 0,081 mg vitamine B3 : 1,537 mg
vitamine B5 : 0,200 mg vitamine B6 : 0,505 mg vitamine B9 : 0 µg vitamine B12 : 0,00 µg
vitamine A : 937 UI rétinol : 0 µg vitamine E : 0,69 µg vitamine K : 11,4 µg
acides gras
saturés : 0,059 g mono-insaturés : 0,023 g poly-insaturés : 0,222 g cholestérol : 0 mg

 

poudre.bmp

Poudre de piment

Piments confits

Classé dans : Cuisine,Recettes antillaises — CATORC Charles @ 8:42

 

 piment20confit.jpg

10 piments, 1 concombre,  

2 carottes, 1 bouquet garni,

2 oignons, 2 gousses d’ail,

1 litre de vinaigre blanc, 10 clous de girofle, poivre en grain et sel.

Eplucher carottes, oignons et ail.
Emincer carottes oignon et concombre. 

Piler l’ail. Couper les piments en deux et les épépiner.
Ranger par couches légumes et aromates dans un bocal fermant hermétiquement.
Saler et couvrir de vinaigre.

 

Attention : pour relever  les viandes ou les légumes, quelques gouttes suffisent.

18 novembre, 2010

Le Damyé

Classé dans : La Culture de Madinina — CATORC Charles @ 18:38

damy.jpg

Au rythme du tambour et des ti-bois, deux majors s’affrontent dans un combat sans merci dans le cercle formé par les spectateurs.

Le damyé, spécificité martiniquaise, date de l’époque de l’esclavage. C’est un duel, un combat au son du tambour.

Le damyé est composé de :

  • musique traditionnelle avec tambour et ti-bois . Le tambouyé rythme le combat et ses différentes phases (appel des majors, début du combat, coups portés, etc). Selon sa façon de jouer (plus ou moins fort), le tambouyé peut avantager un des combattants ;

  • chants : comme le tambouyé, le chanteur peut chanter en faveur d’un des lutteurs. Dans ces paroles, souvent improvisées, il raconte des faits concernant les lutteurs et incite à combattre ;

  • combat : à l’intérieur d’un cercle formé par les spectateurs, deux hommes s’affrontent dans un combat sans merci qui peut aller jusqu’à l’extrême.

Les combattants, les champions, du fait de leurs nombreuses et éclatantes victoires étaient appelés « major ». Chaque habitation, puis, chaque commune avait son major. C’était une personne respectée, défendant en général les plus faibles.

Un major lance un défi à un autre major et si l’autre accepte, il y a un damyé. C’est une attraction pour les populations qui se déplacent en masse et en rapport avec la popularité des majors pour assister au spectacle.

Avant de combattre, le major, un homme fort et souple, se prépare physiquement et mentalement. Souvent, il fait appel à un quimboiseur et à la magie noire pour se protéger des maléfices et vaincre l’adversaire.

Pour en savoir plus, sur le damyé et ses techniques,
un site :

http://www.multimania.com/jla/ledanmye.htm

 

ngolo.jpg

8 novembre, 2010

Tarte banane – noix de coco

Classé dans : Confiseries et Pâtisseries,Cuisine — CATORC Charles @ 17:28

tarte.jpg 

 

Type de plat : dessert
Nb de couverts : 6
Préparation : 30 mn
Cuisson : 25 mn
Budget : Raisonnable
Origine : Exotique
Difficulté : Moyenne

Ingrédients de la recette :
Pâte
1 pâte brisée ou feuilletée

Garniture :
1dl de lait
80g de noix de coco râpée
125g de sucre
2 oeufs
1 petit verre de rhum
60g de sucre
4-5 bananes

Préparation :

1. Préchauffez votre four thermostat 6 – 7 (180°-200°)
2. Etendre la pâte sur un moule à tarte et la percée à l’aide d’une fourchette
3. Faites la cuire à blanc 15mn
4. Battez les oeufs, puis rajoutez la noix de coco et le sucre
5. Faites bouillir le lait et rajoutez-le peu à peu au mélange
6. Portez à ébullition pour faire épaissir
7. Hors du feu, rajoutez 1 verre de rhum
8. Versez le mélange sur la pâte et garnissez
de rondelles de bananes
9. Faîtes cuire 10mn au four thermostat 6 – 7 (180°-200°)


Conseils :
Vous pouvez également verser sur la tarte chaude 1 petit verre de rhum et faire flamber

Gâteau aux bananes et pépites de chocolat

Classé dans : Confiseries et Pâtisseries — CATORC Charles @ 17:19

Gâteau au yaourt banane chocolat

Préparation : 10 min
Cuisson : 15 min
Ingrédients (pour 6 personnes) :
- 2 oeufs entiers
- 75 g de sucre en poudre
- 1 paquet de sucre vanillé
- 1 bonne pincée de cannelle
- 100 g de beurre fondu
- 100 g de farine
- 1/2 paquet de levure
- 2 bananes
- 1 paquet de pépites de chocolat

Préparation : Préchauffer le four à thermostat 8 (250°C), et beurrer un moule à gâteau.

Mélanger les 2 oeufs entiers avec les 75 g de sucre, les 100 g de beurre fondu, les 100 g de farine et le 1/2 paquet de levure mélangé à la farine et la pincée de cannelle.

Ajouter 1 banane coupée en rondelles, le paquet de pépites de chocolat.

Verser dans le moule. Eparpiller sur le dessus de la pâte la 2ème banane coupée en rondelles fines, et saupoudrer de sucre vanillé.

Enfourner dans le four chaud, et laisser cuire 15 à 20 min; le gâteau doit être moelleux et doré.

Les bienfaits de la banane

Classé dans : Bien-être - Rimèd razié,Education à la santé — CATORC Charles @ 17:11

La banane…ba.gif

Après avoir lu ceci, vous ne regarderez plus JAMAIS une banane de la même manière!!!

Les bananes contiennent 3 sucres naturels: sucrose, fructose et glucose combiné avec des fibres, une banane donne instantanément un gain d’énergie substantiel. Les recherches ont prouvé que juste 2 bananes fournissent assez d’énergie pour un entraînement rigoureux de 90 minutes. Pas étonnant que la banane soit le fruit numéro 1 du monde des athlètes. Toutefois l’énergie n’est pas la seule façon dont la banane peut vous aider à garder la forme. Elle peut également aider à guérir ou prévenir un nombre incalculable de maladies, intégrez-la à votre régime alimentaire quotidien.

Dépression :

Selon un récent sondage produit par MIND auprès de gens souffrant de dépression, plusieurs se sentent beaucoup mieux après avoir mangé une banane. Cela parce que la banane contient du tryptophane, un genre de protéine que le corps converti en sérotonine, connu comme relaxant, améliore votre état émotionnel et vous fait généralement sentir plus heureux. Oubliez les pilules — mangez une banane. La vitamine B6 qu’elle contient régularise le niveau de glucose dans le sang, lequel peut affecter votre état émotionnel.

Anémie:

Élevée en fer, la banane peut stimuler la production d’hémoglobine dans le sang aidant à diminuer l’anémie.

Pression :

Ce fruit tropical unique est extrêmement élevé en potassium toutefois faible en sel, le rendant parfait pour combattre la pression. Tellement, que l’administration « US Food and Drug » vient tout juste d’accorder à l’industrie de la banane le droit de déclarer la propriété qu’a ce fruit de réduire le risque de pression et de crise cardiaque.

ban.gif 

Pouvoir de concentration :La recherche démontre que le fruit élevé en potassium peut aider à l’apprentissage en rendant les pupilles plus alertes.

Constipation :

Élevée en fibres, inclure la banane dans votre alimentation quotidienne peut aider la régularité, sans avoir besoin de laxatifs.

Gueule de bois :

Une des façons les plus rapides de guérir une gueule de bois est de se faire une barbotine à la banane, sucrée au miel. La banane calme l’estomac et avec l’aide du miel, fait grimper le niveau de sucre dans le sang, pendant que le lait calme et hydrate votre système.

Brûlement d’estomac :

La banane contient un antiacide naturel, donc si vous souffrez de brûlements d’estomac, essayez de manger une banane pour calmer la douleur.

Nausées matinales :

Prendre une banane comme collation entre les repas aide à garder et stabiliser le niveau de sucre dans le sang et ainsi éviter les nausées matinales.

banana.bmp

Piqûres de maringouin :

Avant d’attraper la bombonne d’insecticide, commencez par frictionner la région affectée avec l’intérieur d’une pelure de banane. Plusieurs personnes ont été étonnées par le succès de cette méthode à réduire l’enflure et l’irritation. Nervosité :Élevée en vitamines B, la banane aide à calmer le système nerveux.

Obésité :

Études effectuées par l’Institut de Psychologie en Autriche ont démontré que le stress au travail amène les gens à se gaver de chocolat, bonbons et croustilles. Après vérification auprès de 5000 patients d’hôpitaux, les chercheurs en sont venus à la conclusion que les gens obèses avaient un emploi plus stressant. Le rapport conclu que, pour éviter des rages de sucré / salé, nous devons contrôler notre niveau de sucre dans le sang et en prenant des collations élevées en hydrates de carbones toutes les 2 heures permet de le garder stable.

Ulcères :

La banane est utilisée dans les diètes pour combattre les problèmes intestinaux. C’est le seul fruit cru qui peut être mangé sans inconfort pour ces genres de cas. Elle protège également l’estomac en neutralisant l’hyperacidité et réduisant l’irritation.

Contrôle la température :

Plusieurs cultures voient la banane comme un fruit rafraîchissant pouvant baisser autant la température physique qu’émotionnelle des femmes enceintes. En Thaïlande, par exemple, les femmes enceintes mangent des bananes pour s’assurer que leur bébé naisse avec une faible température.

Désordre Affectif Saisonnier (DAS):

La banane peut aider les gens souffrant de DAS car elle contient du tryptophane, qui est un relaxant émotionnel naturel.

bana.bmp 

Fumeur :

La banane peut également aider les gens voulant arrêter de fumer. Le B6, B12 qu’elle contient, de même que le potassium et magnésium s’y retrouvant, aide le corps à récupérer des effets de manque de nicotine.

Stress :

Le potassium est un minéral vital, lequel aide à normaliser le pouls, envoie de l’oxygène au cerveau et régularise la rétention d’eau. Lorsque vous êtes stressé, votre métabolisme augmente, réduisant votre niveau de potassium. Ceci peut être calibré avec l’aide d’une collation élevée en potassium telle qu’une banane.

Crise cardiaque :

Selon une recherche effectuée par « The New England Journal of Médicine, » manger des bananes régulièrement peut réduire le risque de décès par crise cardiaque d’environ 40% !

Verrues :

Ceux qui n’utilisent que la médecine naturelle jurent que si vous voulez vous débarrasser d’une verrue, prenez un morceau de peau de banane et placez-la sur la verrue, le côté jaune vers le haut. Maintenez la peau en place avec un « plaster » ou un ruban chirurgical !

Donc, la banane est vraiment un remède naturel pour beaucoup de maladies. Lorsque vous la comparez à une pomme, elle contient 4 fois plus de protéines, 2 fois la quantité d’hydrate de carbone, 3 fois plus de phosphore, 5 fois plus de vitamine A et fer, et 2 fois des autres vitamines et minéraux. Elle est également riche en potassium et est l’un des aliments les plus nutritifs.

baba.bmp

La Banane

Classé dans : Fruits & Légumes du Pays — CATORC Charles @ 16:48

banane.bmp

La banane est le fruit, ou baie dérivant de l’inflorescence du bananier. Les bananes sont les fruits climactériques très généralement stériles issus de variétés domestiquées. Les fruits des bananiers sauvages possèdent des graines et sont généralement jaunes lorsqu’elles sont mûres.

Les bananes constituent un élément essentiel du régime alimentaire de certains pays développés et constituent une nourriture de base pour des millions de personnes sous les tropiques.

Le mot « banane » est dérivé du portugais, lui-même probablement emprunté au bantou de Guinée ou à l’arabe « banan » (بنان) (qui signifie « doigts »), dans l’expression en portugais rapportée en 1602 « Figuera Banana » (« figuier portant bananes »)[1]. Elle est appelée « figue » en créole à la Réunion et aux Antilles.

Histoire

Les bananes trouvent leur origine dans une zone qui va de l’Inde au sud de la Chine via la Birmanie, de Taïwan jusqu’au nord de l’Australie et la Polynésie via les Philippines, l’Indonésie et la Nouvelle-Guinée. Des traces de production bananière pour une consommation humaine ont été trouvées en Malaisie et en Nouvelle-Guinée, et datent d’il y a à peu près sept mille ans[2].

Les plantations de bananes commerciales sont devenues un des symboles de la colonisation : une monoculture imposée pour répondre aux besoins des consommateurs de métropole. Au XIXe siècle, la United Fruit Company investit l’Amérique centrale, utilisant sa puissance économique avec la menace de l’appui militaire des États-Unis pour transformer les fragiles démocraties en républiques bananières. Strictement parlant, ces pays producteurs n’étaient pas des colonies, mais l’influence de la United Fruit Company, initialement au Costa Rica et bientôt dans pratiquement toute l’Amérique centrale, a donné naissance à l’expression « république bananière » pour désigner l’immense pouvoir « néocolonial » qu’exerçait la compagnie fruitière américaine. En 1911 par exemple, lors d’un soulèvement populaire contre le gouvernement du Honduras, la raison officielle donnée pour l’intervention de l’armée américaine était la protection des « travailleurs américains » de la United Fruit Company, qui avait fait de ce pays son principal fournisseur de bananes.

Les exportations au début du XXe siècle sont assurées par les navires à vapeur produisant du froid dans les cales. Le mode de transport par navire reefer s’impose dans les années 1950 alors que la demande des marchés développés s’accroît au nord. Les années 1970 à 1990 voient les armateurs accumuler d’importantes capacités de transport en ligne pour s’adapter au mieux à la massification et à la conteneurisation des exportations bananières en défiant la concurrence. Le mode de transport de transport bascule dans les années 1990 du navire reefer vers le conteneur à 55 %. 

La Banane dans Fruits & Légumes du Pays 220px-Bananas

Description

La banane est un long fruit légèrement incurvé, souvent regroupé sur le bananier en grappes nommées « régimes ». La banane possède une peau de couleur jaune ou verte facile à détacher. La partie intérieure est une pulpe amylacée au goût sucré et à la consistance généralement fondante. Sur le plan botanique, la banane sauvage diploïde (2 × 11 chromosomes) est une baie polycarpique, c’est-à dire contenant de nombreux pépins anguleux durs. Cependant les variétés commerciales triploïdes (3 × 11 chromosomes) produisent des baies parthénocarpiques formées sans fécondation, qui ne contiennent donc pas de graines (si on fend cette « banane domestique » dans le sens de la longueur, on observe une série longitudinale de taches noires qui sont des ovules non fécondés).

Les bananes mûres sont riches en potassium et en sucres. Elles sont très nourrissantes (90 kcal/100 g) et très digestes en raison de leur faible teneur en graisses. C’est la raison pour laquelle elles sont le plus souvent consommées crues. Les bananes sont cueillies vertes dans les plantations, aussi appelées bananeraies. Moins fragiles que les bananes mûres, elles supportent mieux le transport. Elles sont immédiatement acheminées vers les centres de distribution (marchés d’exportation), où le processus de maturation est parfois activé en ajoutant aux fruits de l’éthylène (fruit climactérique[3]). En conditions naturelles, cet hydrocarbure est fabriqué par la plante elle-même. L’arôme principal de banane est l’acétate d’isoamyle.

bananier.bmp

Bananier et son régime

La plante

Bien que le bananier puisse atteindre une taille relativement grande (9 mètres), ce n’est pas un arbre. En effet, il ne forme pas un tronc ligneux. Le pseudo-tronc est en réalité formé par les pétioles des feuilles. Ceux-ci se recouvrent partiellement et constituent une structure portante, un « faux tronc ». Les pétioles portent à leur extrémité un grand limbe allongé avec au centre une nervure médiane. Les feuilles peuvent atteindre 4 m de long et 1 m de large. La tige du bananier est très courte et entièrement souterraine. Elle apparaît sur un rhizome, qui produit régulièrement de nouvelles tiges. Le rhizome porte une masse importante de racines longues et fines, situées juste sous la surface du sol.

 La Floraison

La floraison se produit au bout de sept mois et les fruits mûrissent quatre mois plus tard. Après la floraison, le bananier meurt, mais en même temps, la tige souterraine forme des rejets latéraux. Ce sont ceux-ci qui reforment de nouvelles plantes.

Après environ un an et demi, le bananier est capable de fleurir. La tige souterraine forme alors une inflorescence qui se développe au travers du « faux-tronc » creux pour apparaître au centre des feuilles. Au début, l’inflorescence est dressée mais, sous l’effet du poids, elle va rapidement devenir pendante. Les fleurs qui apparaissent à l’extrémité de l’inflorescence (donc en dessous) sont mâles, celles situées plus vers le début de l’axe (donc au-dessus) sont femelles. Ces dernières vont donner naissance aux bananes. Entre les fleurs mâles et les femelles, il peut encore y avoir des fleurs stériles. Sur l’axe de l’inflorescence, les fleurs sont implantées en plusieurs rangées doubles transversales. Chaque rangée double est protégée par une bractée pourpre. Chaque jour, une bractée va s’enrouler et tomber, libérant ainsi les fleurs qui pourront être pollinisées. Les fleurs fécondées donneront naissance aux fruits. Dans la nature, ce sont les chauves-souris qui assurent la pollinisation. Chaque régime peut comporter jusqu’à 200 fruits. Les bananes sont généralement vendues sous forme de « mains », correspondant chacune à une double rangée de fleurs femelles. 

 dans Fruits & Légumes du Pays

 Bananes rouges

Parmi les bananiers comestibles, seul le bananier nain, Musa acuminata ‘Dwarf Cavendish’ se prête facilement à être cultivé chez soi. Cette variété reste relativement petite, 2 m au maximum. La plante demande beaucoup d’eau, beaucoup de nourriture, une forte humidité atmosphérique et beaucoup de lumière. Le bananier nain n’est pas trop sensible aux basses températures et supporte jusqu’à un minimum de 10 °C durant l’hiver. D’autres bananiers sauvages peuvent être cultivés de la même manière. Musa textilis(qui fournit des fibres textiles) et Musa basjoo conviennent à une serre de petite dimension.

Typologie

Il existe de très nombreuses variétés de bananes, utilisées comme fruit (banane dessert) ou comme légume (banane à cuire).

  • Plantain ou Banane plantain : fruit d’une variété de Musa Paradisiaca. Elle est généralement plus grosse et plus longue que la banane fruit. Sa chair est un peu rosée et est plus pauvre en sucre et plus riche en amidon ce qui la rend plus ferme lui donnant une bonne tenue à la cuisson. Elle est de ce fait beaucoup utilisée comme un légume. Souvent cuisinée avant complète maturité, elle doit être blanchie (passage à l’eau bouillante salée) pour pouvoir être pelée puis passée à la friture ou utilisée dans des ragouts à l’équivalent de la pomme de terre.

  • En Afrique sub-saharienne, la banane plantain est le plus souvent consommée à maturité bouillie, grillée ou frite. Dans ce cas, l’étape de blanchiment n’est pas nécessaire, elle est cependant plus molle et sucrée à ce stade.

220px-Bananavarieties

Quelques variétés de banane

 

 

6 novembre, 2010

Trois-Ilets, Ville ouverte, ville active

Classé dans : Les Communes de Madinina — CATORC Charles @ 18:16

panneaulestroisilets.png

 

La commune des Trois-Ilets est située sur une presqu’île, entourée au nord par la baie de Fort de France ( baie des Flamands), à l’ouest par les Anses d’Arlet, au sud par le Diamant et à l’est par Rivière Salée. Les Trois-Ilets est une des zones les plus touristiques de l’île avec plusieurs plages, la Pointe du Bout, l’Anse Mitan et l’Anse à l’Ane. Cette presqu’île offre une vue magnifique sur la baie de Fort de France et les différents ilets Thébloux, Charles, Sixtain, Gros Ilet, Ilet à Ramier.Les campagnes de la Pagerie, au Sud de l’ancienne habitation de la Pagerie où naquit Joséphine de Beauharnais, permettent de belles balades à travers des jardins créoles (jardins caraïbes), jusqu’à la Plaine (quartier des Anses d’Arlet).

Face à Fort-de-France et à sa baie, les Trois-Ilets sont composés de trois espaces distincts : le vieux bourg et ses maisons traditionnelles, et à quelques kilomètres, la Pointe-du-Bout, sa marina, ses hôtels de luxe et ses nombreux équipements de loisirs. Encore un peu plus à l’ouest se trouve le quartier de l’Anse à l’Ane.

Cette commune martiniquaise est située au Sud-Ouest de l’île sur la presqu’île du Diamant et donne sur la baie de Fort-de-France. On peut s’y rendre depuis Fort-de-France par bateau. De nombreuses navettes font la traversée de la baie. Le climat y est de type tropical.

troisilets.jpgs

L’église des Trois-Ilets

 Les Plages
La commune des Trois-Ilets compte de nombreuses plages tout le long de la Pointe du Bout et un peu plus loin, à l’Anse à l’Ane. Les magnifique plages de l’Anse Dufour et de l’Anse Noire sont à quelques kilomètres en direction des Anses d’Arlet.

Forêt VatableSituée a la Pointe Vatable, La forêt de Vatable fait partie de la forêt domaniale du littoral. Elle possède une végétation diversifiée : Mahogany, pin caraïbe, teck, mapou, eucalyptus, palmiers et essences diverses. Ce site, géré par l’Office National des Forêts faisait partie de l’habitation Soleil Vatable.

Le nom ce cette commune provient des trois îlets qui bordent le bourg des Trois-îlets. La ville des Trois-Ilets s’étale sur 4 ensembles urbains éloignés relativement :

  • Le Bourg, où se situent les bâtiments administratifs et l’église principale,

  • Anse Mitan (plage du milieu),

  • Pointe du Bout (péninsule),

  • Anse à l’Âne.

Histoire

L’implantation du village originel s’est d’abord faite aux abords du Cul sac de la Vache à la Poterie au XVIIe siècle sous l’impulsion de religieux. Le noyau urbain s’est finalement implanté ensuite au bourg des Trois Ilets au XVIIIe siècle. Le village s’étend le long de la route et non autour de la ville. C’est une des caractéristiques de l’urbanisme antillais. L’activité économique par le passé était essentiellement agricole. De nombreuses habitations sucreries comme celle de Petite Guinée (lieu de naissance de Joséphine de Beauharnais) ou celles de Vatable, Château Gaillard et Poterie produisaient les produits qui étaient très prisés en Métropole et à l’origine de la période esclavagiste des Antilles : cacao, tabac, sucre, rhum.

Un ensemble de batteries et de forts protégeaient la baie des attaques des Anglais qui font d’incessantes incursions au cours du XVIIe siècle et XVIIIe siècle. Deux édifices militaires persistent : le Fort d’Alet et celui de la Pointe du Bout. Certains iléens participèrent à la Première Guerre mondiale, d’autres partirent comme dissidents dans les îles anglophones lors de la Seconde Guerre mondiale. Des bunkers à la pointe du Bout furent construits au Tan Robet (1940/1945) pour protéger la baie et les réserves d’or de la Banque de France entreposées sur les hauteurs de Fort-de-France.

Aujourd’hui, l’activité est tournée vers le tourisme depuis les années 1960 : les hôtels sont concentrés autour des plages de la Pointe du Bout/Anse Mitan et la plage d’Anse à l’Âne. Un accès en pétrolette à la capitale fait que la commune est très attractive. Du coup beaucoup de personnes y résident et travaillent à Fort-de-France de l’autre côté de la baie.

 

 

Personnalités liées à la commune

Joséphine de Beauharnais (née de Tascher de La Pagerie – 23 juin 1763, les Trois-Îlets – 29 mai 1814,Rueil-Malmaison), Impératrice des Français (1804-1809), Reine d’Italie (1804-1809) et épouse de Napoléon Ier. La commune de Trois-Îlets est l’un des centres importants du tourisme en Martinique.

Activités :

  • Jet-Ski

  • Sortie en Bateaux

  • Golf

  • Pêche

  • Plongée (nombreux clubs)

  • Sport de Voile (Kite/Planche à Voile)

  • 2 Discothèques (Excès & Amphore)

  • Casino

  • Randonnées & Parcours de Santé

  • Sports Hippiques (2 clubs)

  • Baignade (5 plages)

 Lieux & Monuments

  • Eglise des Trois-Ilets

  • Musée de La Pagerie : Lieu de Naissance de l’Impératrice Joséphine (Joséphine de Beauharnais).

  • Marina de la Pointe du Bout géré par la Chambre de commerce et d’industrie de la Martinique.

  • Casino de la Pointe du Bout.

  • Maison de la Canne : musée de la Canne à sucre.

  • Village de la Poterie.

  • Golf

  • Musée du Café & du Cacao

  • Savane Des Esclaves

  • Les 5 Plages

  • La Mangrove

Habitants :
Les Îléens
Population :
4500 hab.
Code Postal :
97229
Villes Proches :
Anses d’Arlet (9 km)
Rivière-Salée (6 km)

 L’édile : arnaud.jpg

Arnaud René-Corail (né le 5 mars 1954) est maire de la commune, depuis 1989.

RUE JULES FERRY 97229 LES TROIS ILETS TEL/0596683111 / FAX/0596683039 

4 novembre, 2010

Troubles de l’érection

Classé dans : Education à la santé,Hygiène de vie — CATORC Charles @ 18:42

Solutions simples et efficaces

Aujourd’hui, les seniors ont une vie sexuelle plus épanouie, mais les troubles de l’érection restent plus fréquents avec l’âge. Heureusement, il existe des traitements efficaces qui permettent d’y faire face de manière personnalisée.

Bonne nouvelle, les eniors sont de plus en plus nombreux à maintenir des rapports sexuels réguliers. Plus de 40% des hommes de plus de 60 ansdéclarent avoir des relations sexuelles et ils sont encore plus de 20% après 80 ans. Selon une étude canadienne réalisée en 2009 pour les laboratoires Lilly, 40% des quinquas et plus s’estiment fringants et connaissent même souvent un regain d’activité sexuelle. Quelles que soient les raisons (départ des enfants, retraite, nouvelle relation amoureuse), c’est réjouissant, car une seualité épanouie retentit positivement sur le moral. C’est aussi très souvent synonyme de bonne santé générale.

Perturbations érectiles

Cela dit, tous les seniors ne sont pas aussi satisfaits de leur vie sexuelle. Au moins un homme sur cinq souffre de problèmes d’érection et cette proportion augmente avec l’âge. Après 60 ans, les érections spontanées sont moins fréquentes, l’érection met un peu plus de temps à se produire, le temps nécessaire entre deux érections est plus long, la rigidité est en général de moins bonne qualité qu’à 20 ou 30 ans et l’éjaculation moins abondante. Avec les années, le taux d’hormones mâles dans le sang a aussi tendance à baisser, ralentissant la montée du désir. Tous ces changements sont normaux et n’ont rien à voir avec ce que les médecins appellent des dysfonctionnements érectiles. En fait, la fonction érectile peut-être perturbée pour de multiples raisons.

Raisons psychologiques (chômage, stress au travail, problèmes de couple, dépression, deuil, etc.).

L’alcoolisme peut aussi provoquer des troubles de l’érection. En vieillissant cependant, d’autres causes sont plus fréquentes.

Causes vasculaires, l’athérosclérose, c’est-à-dire l’épaississement et le durcissement des artères dus au tabac, à l’hypertension artérielle et/ou à l’excès de cholestérol s’aggrave avec l’âge. Or, l’artère caverneuse de la verge, l’une des plus étroites du corps, s’obstrue en moyenne trois ans avant les autres. C’est si vrai que des troubles de l’érection constituent un signal d’alerte : c’est souvent le premier symptôme d’une maladie cardiovasculaire ignorée : au fil des années, le diabète par exemple abîme les artères.

Causes neurologiques, la maladie de Parkinson notamment, qui se manifeste surtout après 65 ans, perturbe la sexualité.

Causes médicamenteuses, certains médicaments, davantage prescrits à partir d’un certain âge pour traiter l’hypertension artérielle (bêtabloquants surtout), la dépression, la maladie de Parkinson ou les problèmes de prostate provoquent des troubles érectiles.

Adénome de la prostate (hypertrophie bénigne), il occasionne des troubles de l’érection et de l’éjaculation et, quand il est opéré, un dysfonctionnement érectile est observé dans 5% des cas après l’intervention.

Maladie de Lapeyronie, due à une plaque fibreuse qui se forme sur l’enveloppe entourant les corps caverneux, elle se traduit par une déformation progressive de la verge, avec de petites boules repérables au toucher.

 

La pillule bleue

Depuis l’arrivée de la fameuse petite « pillule bleue » (le sildénafil), puis des deux autres médicaments par voie orale de la même famille – les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 ou IPDE5 -, les troubles de l’érection ne sont heureusement plus une fatalité. Ces trois molécules permettent très souvent de régler le problème. Un conseil cependant : n’attendez pas trop pour en parler à votre médecin car, une fois installés, les dysfonctionnements érectiles sont plus difficiles à traiter. Bien entendu, avant de prescrire, le praticien recherchera si une pathologie se cache derrière, procédera à un examen en règle et demandera un bilan biologique. En l’absence de cause nécessitant un traitement adapté et de contre-indication, il vous proposera en général un des trois IPDE5 disponibles en France, choisi en fonction de votre mode de vie, et de votre « profil », car leur action diffère un peu dans le temps. Le sildénafil et le vardénafil doivent sze prendre une heure avant les rapports sexuels et le tadalafil deux à trois heures avant. Après quelques essais, revoyez votre médecin pour faire le point et, au besoin, changer de molécule ou de dosage.

Mais le coût des médicaments contre les troubles de l’érection (non remboursés) freine sérieusement leur utilisation. Dans une enquête Ifop d’avril dernier, 47% des hommes interrogés trouvaient leur prix trop élevé et plus des deux tiers disaient qu’ils pourraient y avoir recours si le prix du comprimé diminuait de moitié… Conscient de cette difficulté qui empêchait nombre de couples d’avoir une sexualité épanouie, le laboratoire Bayer Schering Pharma à baissé de 50% le prix du vardénafil dosé à 10 mg (le plus courant), depuis le moi de mai.

Injections et hormones

Selon les causes des troubles érectiles, d’autres solutions sont encore possibles.

♦ Des consultations de sexologie (à l’hôpital ou en ville) permettent d’identifier et de traiter les causes d’ordre psychologique, en associant éventuellement un médicament pour redonner confiance.

♦ Les injections intracaverneuses et inta-urétrales (dans le pénis), peu douloureuses, se pratiquent juste avant les rapports. Elles nécessitent cependant un apprentissage auprès du méde »cin.

♦ La prise d’hormones (testostérone)

♦ La pompe à vide

♦ L’intervention chirurgicale avec pose de prothèse.

 

*Les meilleurs aphrodisiaques naturels pour vous aider à guérir de l’impuissance : 16.00 €

 Vivre c’est aimer. Aimer c’est faire l’amour. Tous les hommes ont envie de garder leur puissance sexuelle. Pourtant, 17 % d’entre eux ont des défaillances. Si telle est votre situation, ne vous désespérez plus.  

Vous pouvez commander ce livre en cliquant directement depuis ce blog sur le lien qui suit l’image.

 

impuissance1.jpg

http://www.librairie-du-net.com/fiche_article.php?ref=6&products_id=766&affiliate_banner_id=1 » target= »_blank »>Guérir l’impuissance : les meilleurs aphrodisiaques naturels

12
 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie