Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

24 décembre, 2011

Message de L’équipe de EAQ pour noël

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 11:01

Message de L'équipe de EAQ pour noël dans Spiritualité Cloches

 

Toute l’équipe de l’Evangile au Quotidien vous souhaite une très heureuse et très sainte fête de Noël !

« Gloria in excelsis Deo, et in terra pax hominibus bonae voluntatis ! » En cette sainte nuit de Noël, les Anges vont entonner ce cantique autour de l’autel tout comme ils étaient autour de la crèche. Ils chantent notre bonheur : Gloire à Dieu ! Paix aux hommes !

La nuit enveloppait le monde entier avant que se lève la lumière véritable, avant la naissance du Christ. Aujourd’hui, les merveilles abondent, les richesses se multiplient, car le trésor est ouvert : celle qui enfante est mère et vierge, celui qui est enfanté est Dieu et homme…

Que cette fête de Noël soit l’occasion de partager des réjouissances familiales et amicales et d’approfondir notre compréhension du mystère du Christ !

Vous remerciant très vivement pour votre fidélité et votre soutien, recevez, chers abonnés, l’assurance de nos sentiments dévoués et fraternels.

L’Equipe française de l’Evangile au Quotidien.

 

crêche dans Spiritualité

15 décembre, 2011

Qoe chercher-vous ?

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 6:40

Jeudi 15 Décembre 2011

de la férie

Evangile selon St Luc chapitre 7, 24-30

Après le départ des envoyés de Jean Baptiste, Jésus se mit à parler de lui aux foules : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ?… Alors, qu’êtes-vous allés voir ? Un homme aux vêtements luxueux ? Mais ceux qui portent des vêtements magnifiques et mènent une vie de plaisir sont dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis ; et bien plus qu’un prophète ! C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour qu’il prépare le chemin devant toi. Je vous le dis : Parmi les hommes, aucun n’est plus grand que Jean ; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. Tout le peuple qui a écouté Jean, y compris les publicains, a reconnu la justice de Dieu en recevant le baptême de Jean. Mais les pharisiens et les docteurs de la Loi, en ne recevant pas ce baptême, ont rejeté le dessein que Dieu avait sur eux. »

 

Prière d’introduction

Père, créateur et rédempteur de toute l’humanité, tu as voulu que le Verbe se fasse chair, et qu’il soit né de la Vierge Marie. Loué sois-tu pour ton plan merveilleux de salut ! Puissions-nous partager la divinité du Christ qui, lui, s’est abaissé jusqu’à prendre notre nature humaine. Nous te le demandons par le Christ, notre Seigneur.

Demande

Jésus, apprends-moi l’authenticité.

Points de réflexion

1. Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Celui qui pose cette question connaît mieux que personne le cœur humain. Dans un autre récit de l’évangile, deux disciples sont en train de suivre Jésus. Il se tourne vers eux et demande, « Que cherchez-vous ? » (Jn 1, 38) Ici, il pose une question semblable aux foules :  » Qu’êtes-vous allés voir au désert ? » Le Christ sait bien que l’homme ne se satisfait pas de réponses faciles. Il sait que les questions au sujet du sens de la vie nous harcèlent et nous contraignent à chercher des réponses :  » la question élémentaire que les hommes de tous les temps se sont posée :  » D’où venons-nous ?  »  » Où allons-nous ?  »  » Quelle est notre origine ?  »  » Quelle est notre fin ?  »  » D’où vient et où va tout ce qui existe ?  » Les deux questions, celle de l’origine et celle de la fin, sont inséparables. Elles sont décisives pour le sens et l’orientation de notre vie et de notre agir. « (CEC, 282).

2. Un roseau agité par le vent ? L’ironie utilisée ici par Jésus est révélatrice. Le Seigneur sait bien qu’une foule de personnes ne se déplace pas jusqu’au désert pour écouter un homme superficiel, sujet à ses seules passions. Une telle personne peut pendant un moment nous intriguer, mais nous ne souhaitons pas modeler notre vie sur la sienne. Elle devient vite esclave de ses impulsions aveugles de ses passions et en arrive à compromettre sa propre dignité. En fin de compte, elle n’inspire personne.

3. Un Prophète ? Les foules, alors, ne recherchent pas quelqu’un d’inconsistant ; elles sortent pour voir un homme de principe, encore plus, un homme de Dieu. Les héros nous attirent, particulièrement quand nous découvrons qu’ils sont authentiques dans leur service du bien et du vrai.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, tu me demandes d’être honnête et vrai. Souvent j’ai peur, ou je cherche instinctivement la voie la plus commode. Aide-moi à vivre avec cohérence ce que je professe publiquement. Je porte ton nom en tant que chrétien. Fais que ceux qui me rencontrent te découvrent dans mes paroles et mes actions. Mère très pure, fais que mon cœur soit seulement pour Jésus.

Résolution

Aujourd’hui je prendrai cinq minutes pour lire les chapitres 5 et 6 de l’évangile de saint Matthieu

11 décembre, 2011

Qui est-ce ?

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 9:24

3e dimanche de l´Avent, de Gaudete

Evangile selon St Jean chapitre 1, 6-28

stjeanetjsus.png

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » Il le reconnut ouvertement, il déclara : « Je ne suis pas le Messie. » Ils lui demandèrent : « Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Élie ? » Il répondit : « Non. – Alors es-tu le grand Prophète ? » Il répondit : « Ce n’est pas moi. » Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? » Il répondit : « Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. » Or, certains des envoyés étaient des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Si tu n’es ni le Messie, ni Élie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises-tu ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale. » Tout cela s’est passé à Béthanie de Transjordanie, à l’endroit où Jean baptisait.

 

Prière d’introduction

Seigneur Jésus Christ, aide-moi par cette prière à mieux me comprendre et à mieux te comprendre. Apprends-moi à voir la vie de ta perspective de sorte que je puisse toujours te connaître, t’aimer et t’imiter.

 

Demande

Seigneur, que j’enlève de ma vie tout ce qui n’est pas de toi.

 

Points de réflexion

1. Qui est-ce ? Bon nombre d’entre nous connaissent le jeu qui consiste à deviner l’identité d’une personne en posant des questions dont la réponse ne peut être que ‘oui’ ou ‘non’. L’évangile d’aujourd’hui ressemble à une forme ancienne de ce jeu. Mais il est évident qu’ici il s’agit d’une question sérieuse. On se demande qui est cet homme qui crie dans le désert ? Sa foi dans sa mission a amené une multitude de personnes à le suivre. Son message touche les cœurs d’hommes et de femmes de tous horizons. Des prêtres, des lévites et même des Pharisiens ont interrogé Jean sur son identité et ses actions sans obtenir de réponse satisfaisante. Jean le Baptiste est resté un mystère pour les sages de son pays.

2. Des preuves certaines. Les agissements de Jean le Baptiste ont mis en évidence qu’il représentait quelque chose d’important. Il avait une mission et cette mission était directement liée au Messie, c’est à dire au Christ. Sa position sur les questions morales (par exemple, le remariage du roi Hérode) ne laissait aucune place au doute et il le payera de sa vie. Jean n’était pas homme à chercher son propre avantage. Quand le Christ était prêt à commencer son ministère public, Jean a laissé partir tout de suite Jean et André, deux de ses plus proches disciples. Sa vie entière a témoigné de celui dont il était le précurseur. Et nous ? Qui sommes-nous ? Sommes-nous chrétiens ? Sommes-nous convaincus du Christ ? Sommes-nous convaincus de notre mission ? Notre façon de vivre, nos choix, donnent-ils la preuve que nous sommes des disciples du Christ ?

3. Aplanir la route. Jean s’est efforcé de préparer le chemin du Seigneur. Comment l’a-t-il fait ? Il a passé beaucoup de temps en prière. Comment faisait-il pour savoir quand commencer sa prédication ? Comment faisait-il pour savoir quoi dire ? Comment faisait-il pour savoir où aller prêcher ? Par la prière. C’est par la prière que Jean a pu préparer le chemin au Seigneur. Jean s’est dépensé complètement dans l’accomplissement de sa mission. Il a crié, mais dans le désert. Peut-être avait-il d’autres idées telles que se diriger vers la ville pour faire sa prédication. Parfois les chemins de Dieu sont différents des nôtres. Jean était un homme de foi et cette foi lui a permis de mener à bien la mission que Dieu lui avait confiée. Et nous ? Notre prière et notre foi nous permettent-elles de préparer la venue du Seigneur autour de nous ? Et en moi-même ?

stjean.png

Dialogue avec le Christ

Jésus-Christ, tu es venu dans le monde mais le monde ne t’a pas reconnu. Selon ton plan divin tu as choisi d’utiliser des instruments humains comme Jean le Baptiste pour introduire des âmes en ta présence. Dans ma vie il y a eu beaucoup d’instruments qui m’ont mené à toi et je t’en remercie. En même temps, je suis, moi aussi, un instrument pour mes frères et sœurs. Donne-moi la force pour accomplir ma mission. Je ne te décevrai pas. J’aplanirai le chemin pour toi.

 

Résolution

Aujourd’hui, j’offrirai une prière pour toutes les âmes qui ont eu un rôle spirituel dans ma vie.

8 décembre, 2011

Marie comblée par Dieu

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 15:58

Immaculée Conception de la Vierge Marie

immacule.jpg

Evangile selon St Luc 1, 26-38

L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »
L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : ‘la femme stérile’. Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

Prière d’introduction

Seigneur, aide-moi à venir devant toi avec humilité. C’est ainsi que je peux te connaître, c’est seulement avec humilité que je peux m’approcher de toi. Je veux t’ouvrir mon cœur. Je veux écouter ce que tu veux me dire.

Demande

Une filiale dévotion envers Marie

Points de réflexion

1. Nous fêtons aujourd’hui l’Immaculée Conception, c’est-à-dire que nous célébrons aujourd’hui la vierge Marie en admirant en elle son Immaculée conception. Marie a reçu la grâce unique et merveilleuse de naître sans la trace du péché originel, son âme est immaculée, depuis sa conception. Pour essayer de bien comprendre ce que cela veut dire, il peut être utile de reprendre une image que Thérèse de Lisieux utilisait, quand elle parlait de la grâce qu’elle avait eue de ne pas avoir commis de péché grave. Cette image est encore plus vraie et plus complète pour la vierge Marie. Thérèse parle d’une enfant qui marche ou qui court sur un chemin. Elle ne voit pas qu’il y a une racine qui, sortant de terre, va la faire trébucher et lui faire du mal. Le père de cette enfant, la voyant tombée va l’aider à se relever, et va la soigner s’il le faut. Ceci est ce qui se passe pour les pécheurs, qui ne voient pas le mal qui les guette, qui tombent dans le péché, et qui se font secourir par Dieu. Mais il peut se passer autre chose. Que se passe-t-il si le père de cette enfant, reconnaissant le chemin où sa fille va passer, voit cette racine, et pour éviter que son enfant ne se blesse, enlève la racine ? L’enfant va alors passer sans même tomber. C’est ce qui est arrivé à Thérèse, et, d’une manière autrement plus grande et magnifique, à la vierge Marie.

2. Ceux qui ont été sauvés du péché sont-ils donc meilleurs que les autres, qui ont trouvé la racine sur le chemin ? Non, car c’est par pure grâce de Dieu que Thérèse, et surtout Marie, ne sont pas tombées. Marie n’avait aucun mérite qui lui aurait permis de ne pas être touchée par le péché. Elle a autant de raisons que nous de remercier Dieu, bien que pour une raison un peu différente, et autant de raisons que nous d’être humble devant Dieu. Et de fait, c’est ce qu’a vécu Marie. Une grande humilité. Elle affirme elle-même être la servante du Seigneur. Nous ne pouvons pas imiter Marie dans son immaculée conception, mais dans son humilité et dans sa gratitude envers Dieu nous pouvons faire comme elle. De la véritable humilité découle la gratitude. En reconnaissant que tout nous vient de Dieu, nous ne pouvons que le louer, et nous déclarer son serviteur.

3. Pourquoi Marie a-t-elle reçue cette grâce d’être conçue sans péché ? Le passage d’Evangile que nous lisons aujourd’hui nous donne la réponse. Marie avait une mission spéciale dans l’histoire de l’humanité. La plus grande et la plus noble tâche de toute l’histoire, celle d’être la mère du Fils de Dieu. Dieu ne donne pas ses grâces en vain. Il nous les donne pour notre bien, et Marie a su rester fidèle à la grâce qu’elle a reçue. Et il nous les donne pour que nous en fassions profiter les autres, pour que nous participions à l’œuvre du salut. Dieu qui nous a créés sans nous, n’a pas voulu nous sauver sans nous. Petits ou grands, nous avons tous des dons, des talents, que nous pouvons mettre au service de nos frères et sœurs. Sachons donc, comme Marie, être fidèle à ce que Dieu nous demande, à ce qu’il nous donne. C’est de cette manière que nous le servirons le mieux, et que nous aimerons le plus notre prochain.

Dialogue avec Marie

Marie, merci d’avoir dit oui à Dieu. Merci de nous avoir donné Jésus. Par ton obéissance et ton humilité tu as trouvé grâce aux yeux de Dieu. Merci de continuer à veiller sur tes enfants depuis le Ciel. Ne m’abandonne pas Marie ! Conduis-moi à Jésus !

Résolution

Faire une prière à Marie, en lui demandant de nous conduire à Jésus.

immacule2.jpg

 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie