Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

16 novembre, 2009

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 8:19

dambreville.jpg

Claude Dambreville – Galerie Nader

Ils se tiennent par la main
Fragiles
        D’avoir traversé le temps
Sur des échasses de sable
Et des marées d’amour
Ils vont dans leur lueur
Comme un soleil couchant
Chavire un bord de mer
Les feuilles d’érable ont rougi leurs paupières
Et quand souffle le vent
Leurs yeux s’envolent
Tourbillonnent
Comme les plumes du temps
Où l’oiseau saluait leur printemps
D’un chant de sentinelle
Gardienne de leurs minuits

Etonnés du voyage
Ils se tiennent par la main
Leurs pas fidèles racontent
Un chemin sans retour
Un chemin quotidien
Bordé de souvenirs
Brodé de cheveux blancs
Ils n’ont qu’un seul miroir
Pour se faire un visage
Ils n’ont qu’une seule patience
Pour demeurer encore
Ils savent que leur amour
A mangé toute leur chair
Et que ce qu’il leur reste
Est-ce pas siamois qui jumelle leurs ombres
Et cette main qui tremble
De s’être donnée à l’autre
En défaite habitable
En murmure de lumière

Ils se tiennent par la main
Misérables
Splendides
Comme des cailloux semés dans leur conte d’enfant
Ils sont les passants
        Les passeurs
Que l’amour tient debout
Quand il dresse une tendresse
Que l’amour tient debout
En marins de l’extrême

Ils sont l’exemple vivant
De ceux qui vont au port
Pour jeter à la terre la raison de leurs rides
De leurs vagues effeuillées
Depuis la première voile
Avant de s’amarrer à des ailes d’oiseaux

Ils se tiennent par la main
        Par les pieds
        Par le cœur
Par ce oui sans défaut
Qui leur sert de mémoire
Par ce oui de l’horloge
Qui bégaie dans leurs pas

Ernest Pépin

23 juin, 2009

Chiktay – Pawol an bouch

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 16:19

kabrit.jpg

Andan kalbas a manman-nou
té ni dé kwi
pa té ni twa
fo-w té sav sa !

Dépi dé o twa tan
kalbas an-nou
pa ka fè kwi
kabrit an-nou
pa ka fè bèf :
vyé jès
koko fyolo é foumi fòl
tout pòch an-nou
plen nwa kòklèch
é èvè sa
ola nou kay ?
Chiktay !

Mi nou trapé
on chaj bwabwa
ki ka vannn van
timtim bwa sèk !
Mi nou trapé
manman kochon
ki ka bay bal
pou malkadik
Mi nou trapé
on malmakak
ki ka voyé varé loto
Nou ka vansé adan lagli
kon zandoli an kabouya
Yo ka fè-nou tout janbé dlo !

Kabrit an-nou ka manjé tòl
Mi nou doubout an katchimen
é èvè sa ola nou kay ?
Kalbas an-nou plen foumi fòl !

Hector Poullet sbrose.gif  sbrose.gif  sbrose.gif

3 mai, 2009

Pointe des Châteaux

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 18:01

pointechateaux.jpg

Aux tourments du calcaire et aux coiffes des acacias des rebonds de mer luisante comme des accouplements de cétacés.

Et ce vent cracheur de feu au cirque de nos criques
Et que chante la coulée sous ses tunnels d’ombre
Au plus bleu de mon vœu
Et ses craquements de feuilles sèches allumant la matière même de l’air
Une île ferme sa carapace
Ramassée sur son songe elle veille
                                            Au loin
Et nous, noués aux mains vives
Nous hissons une croix d’eau salée
Aux pieds des pèlerins
A hauteur de carême
                                            Pointe des Châteaux
De belle alliance de sel et de feu fixe
Et d’oiseaux infinis
Dans la rousseur des feuilles
L’asphalte comme un cri d’aveugle
Double la côte d’un bouquet de clairières
Où vont s’aimer les hommes
Au creux même du soleil
Et c’est fièvre d’abeille au butin d’or
Et c’est fête couleur de pâques et d’eau bleue
Et les vents comme des huiles essentielles
Ont parfumé l’espace de lumière
                                            Pointe des Châteaux
Ceux qui auront suivi la route
Au bout des mancenilles
Au bout des boucles du calcaire
Au bout des convulsions marines
Connaîtront le goût des cyclones
Et le tambour de mer
A la proue de l’île
Voici que s’effile la terre
Tel un coutelas d’argent
Et que l’écume ne sait plus
Si elle prend le parti de l’étincelle ou de l’étoile
Voici que s’arrête la terre
Têtue comme un âne au bord des falaises
Voici que l’arc en terre
Tend sa flèche vers une désirade
                                            Voici…
Une violence en mal d’enfantement
Au profond de l’abysse
La clameur des cayes
Et le chant houleux des entrailles
Pointe des Châteaux
Ici la terre se rompt comme un pain de messe
Et la géographie mime sa finitude
Et le sable honore le pas des arbres
Le mancenillier est un guerrier
Le bois de campêche fait bon charbon
L’épine est une épure
Une métaphore aussi de la braise de midi
Le sable honore la mer
Et son jardin éclaire un cri lointain
Au large passèrent des caravelles
- Bois d’Inde rêvé -
L’écorce de la mer en saccades
Aboie en vain
Un raisinier prépare sa mitraille
Terre crépie et crépitante
Sous sa mémoire
Soleil levé à gué d’amers
Ni son boulet rouge
Ni même le sang du jour
N’apaise nos salures
Soleil qui s’ébroue d’un seul balan
                                             Soleil fauve
Ancêtre de la roue
De la cloche d’église
Et du voyage de la joie
Ancêtre du paon
Et du miroir
Ancêtre de la ruche
Avec toi la Pointe est un charroi
Cigales en procession
Requiem d’abîmes
Chant disséminé sous les gousses sèches
                                             Souffles
L’ampleur d’un vertige investi
Babel des touristes sans paupières
Leurs yeux sont des oiseaux craintifs
Devant la flamme
Ils vont dedans leur corps
Extasiés d’être là
Fascinés à force de boire par les yeux
Ensoleillés et calmes dans la transe
Dilatés comme les vagues
En sédition d’ailleurs
Parlant géologie
Accomplissant eux aussi pèlerinage de vie
Attentifs à l’oracle
Aux divinations du lieu
Ils disent bonjour
Comme aux premiers jours
                                            Pointe des Châteaux
Tout s’essouffle de tirer le large
L’autre bord invisible
Où se cachent les continents
Une île en désirade
Guépard rocailleux
Prêt à bondir dans les creux
Habitant sa rumeur d’eau
Et sa dette du commencement
Une île fait le guet
C’est la mer qui bondit dans un bleu sombre
                                            Pointe des Châteaux
Paysage déshabillé
En grappe de lumière
Immobile et vulnérable
Et sous les sabots d’on ne sait quel malheur
La pierre effondrée
Cariée
Cambrée au bout de ses éperons
A l’assaut d’un naufrage
Pierre de cactus et de plantes succulentes
Et la nuit descend
Multiple comme un chant d’orgue
Elle demande pardon aux vivants
Et elle s’expose noire et belle
Comme une femme chaude
Qui veut renaître d’amour
A la criée
                                            Pointe des Châteaux
En touffaille fugueuse
Voyance
La terre porte l’estocade
A l’absinthe du grand large
La terre en grande cérémonie de délivrance
Ici commence le miracle !
Il suffit de croire au sel
Et à la vérité du soleil

Ernest Pépin
Faugas, 1er août 2006

4 avril, 2009

Fanm (Joby Bernabé)

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 18:36


clement202.jpeg

Fanm flè ka tounen nonm an kolibri
Fanm flech ka pitjé nonm an mitan tjè
Fanm fil ka voplé nonm an pwel zié-yo
Fanm fiel ka fann fwa nonm ek an kout lang
Fanm fol ka pann tjè nonm an bout branch-yo
 

Um !
Fout fanm flè !
Fout fanm flech !
Fout fanm ni fil !
Fout fanm fiel !
Fout fanm fol ! 

Fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò, um ! 

Mé fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò ! 

Kè-
Fanm
Fanm
Fanm
Fanm 

Fanm kann ka dousi nonm ek zié dou yo
Fanm ganm ka vèglé nonm ek lo fa-yo
Fanm ranm ka ranmé nonm an tout dlo-yo
Fanm lanm ka néyé nonm an dlo zié yo
Fanm flanm ka brilé nonm an dé bra-yo 

Fout fanm kann !
Fout fanm ni ganm !
Fout fanm ranm !
Fout fanm lanm !
Fout fanm flanm ! 

Mé fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò, um !
Fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò !

 photo5.bmp

Fanm flo ka tounen fol pou an babiol
Fanm tref ka ped lakat pou an wa tjè
Fanm fes, voplé pézé, mi lanmoné’w mamzel !
Fanm bef ka trimen vet anba jouk nonm
Fanm feb ka chignen chenn an tout chimen, um ! 

Fout fanm flo !
Fout fanm tref !
Fout fanm fes !
Fout fanm bef !
Fout fanm feb ! 

Mé fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò !
Ay, an vérité
Fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò ! 

Dépi avan nanni-nannan
Avan prèmié jénérasion ki pran soufrans
ek délivrans
Non’w té ja ka kouri nan van
ek bétafé léternité.
Soley batzié anba an kout zié’w
Ou flanbwayé zantray lannuit
Sèpan lavi rantré nan kò’w
Simen vènen lakonésans
Ek i tété’w pa andidan’w
Nef lalin plenn anlè bouden’w
Ou pòté chay avan chay fet
Gran jou kléré dé bol jounou’w
Ou mété nonm asou latè 

Ou swen an péyi
Épi chalè’w
Épi lachè’w
Épi laswè’w
Ay fanm !
Ki moun ki noz malpalé fanm
Jòdi taa anlè tè-ya ?
Ki nonm ki sé palé di fanm
San i pran tan pézé kracha’y
setsansiek fwa an fon goj-li ?
Ki fanm ki pa sé sav i fanm
Avan milan
Avan kankan
Avan pawol masibol fol
ka simen fiel ek malkadi
anba fétay lanmézon nou an ? 

Um ! Fanm !
Si’w wè man sé nonmen non’w
Pawol-mwen sé an ti lafimen
ka filtré anba kannari’w
Lafimen-yan kay fè chimen’y
Kannari-ya li menm sé félé
Twa woch ou a andwa toujou la
Ou sé reldo kannot lavi
Ou sé mamel divini nonm 

Um ! Fanm !
Si’w wè man sé nonmen non’w
Pawol-mwen sé an ti lafimen
Ka filtré anba kannari’w
Lafimen’w kay fè chimen’y
Kannari-ya limenm sé félé
Twa woch ou a andwa toujou la
Ou sé reldo kannot lavi
Ou sé mamel divini nonm 

Pas an vérité
Fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò, um !
Fout fanm fò, fout !
Lè fanm fè tan fè fos pou fò ! 

 

 

marchandedesimplesfortdefrance9797209003.jpg

23 février, 2009

A Pli Ta

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 18:22

Ou té la épi nou,
Ou té bien, nou té bien

Pa té ni pikan anba pié’w
Pa té ni dlo an dé zié’w

Pa té ni zòti anlè kò’w
Pa té ni krizokal adan lò’w.

Ou té la épi nou
Ou té bien, nou té bien

Adan chalè lanmou lafanmi
Dan tjè’w té toujou lablanni.

Ou té la, ou sé di ou té bien

Avan’w té plenn kò’w
Nou té za rivé bò’w.

Sousi’w té ta nou
Pliskè ou té la épi nou.

Ou té la, jòdijou ou pa la,
Ou pa la men, a pli ta…

Ba lachè fanmi-mwen ki pati. 

 

laplirecto.jpg

Après son premier recueil «Yanm san Ranm» paru en avril 2002, Jean François LIENAFA nous remet le couvert avec «Lapli Pawol» qui n’est rien d’autre qu’un Cocktail ou plutôt un Migan très épicé d’Amour de Fraternité et d’Humanité.

Un jour viendra dit-il, où, peut-être nous serons tous des Agriculteurs du cœur « Agrikiltjè », des Cultivateurs du cœur « Kiltivatjè » pour faire pousser la Paix et l’Amour, partout dans ce monde, sans O G M, sans Pesticide, sans Insecticide, ni Homicide voire Génocide.

Nul doute qu’on se laissera volontiers rafraîchir par «La Pluie de Paroles» de ce Ducossais de 47 ans, de retour depuis peu dans son île, après un séjour de plus de 24 ans passé en Métropole.

 

13 octobre, 2008

Nous, îlochtones

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 17:04

De 

 Catherine Boudet

anim.gif

Tous ces visages
Venus du fond de toutes races
Parlant la même poussière
Et le même sourire
Du fond de toutes races
Venus traînés arrachés
Pour féconder l’Île
Réinventer l’Eden
De gré ou de force
Nous îlochtones
D’une terre-volcan
D’une histoire-volcan
Longue plaie cautérisée
Par des fers plus vieux
Que nos mémoires
Galvanisée
À ce bouillon commun
De nos racines mélangées
Île-longaniste île-forge
Où réinventer
Notre commune différence. 

caravellemeteo2.jpg

7 juillet, 2008

Foisonnement d’ailes (Evariste Zéphirin)

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 15:36

contrejour.jpg   

J’ai jeté de l’eau pour arroser le soleil afin que tu ne cesses de m’aimer.
J’ai cueilli des étoiles dans le ciel afin que tu  ne suspendes de m’aimer.
J’ai engraissé  l’océan afin que tu n’arrêtes de m’aimer

Sais-tu,

quand mes yeux se plongent dans tes yeux,
je n’ai qu’une envie.
Quand mes lèvres enserrent tes lèvres,
je n’ai qu’une envie.
Quand  ma peau frôle ta peau,
je n’ai qu’une envie.

Et quand ton parfum  se répand.
Et quand ton sourire  abonde.
Et quand ton rire profus résonne…

Je n’ai qu’une envie

Toi, que j’aime, qui me refuse et me dédaigne.
Toi, qui ne promet rien, ni ton regard ni tes égards.
Toi, qui n’offre rien, ni ton corps ni ton cœur.

Evariste Zéphyrin

21 mai, 2008

Pour Aimé Césaire

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 11:47

josecesaire.jpg 

A Grand Rivière
Où les vagues sont rudes
L’enfant fait corps avec l’écorce
Pour mener sa pirogue
Au-delà des nuages

José Le Moigne
2007

6 mars, 2008

Kous yol / Jean-François LIENAFA

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 17:29

Kous yol

Twel
pou fè vwel

Van pou
pran balan

Kous yol sé pa kous pawol
badjolè épi prélè gran djol
gro majol ki ka yen ki fè wol.

Fok jeté bon zié
pou pa chalviré
pas bouden kanno ki toujou wouvè
paré pou risouv rè dlo tout lè.

Ou pou fè plis ki sa ou pé fè,
pies lanm lanmè
pa pou fè’w pè.

Sé la ou ka wè
sa ki ni lestonmak fouyapen,
yanm, dachin oben tinen.

Kous yol sé pa kous djendjen
pou moun ki ni mal ren,
fok ni bon janm, bon bra, bon tet,
menm si, pou sipòtè dèyè
ki pa ka soufè,
sé toujou an bel lafet…

 

ambiancefoule.jpg

 

 

9 janvier, 2008

Congné tambou la!

Classé dans : Poèmes créoles (Pwèm) — CATORC Charles @ 17:06

kolobarst.jpg  

Tambou bèlè © matinikphotos

 Appiyé ! congné tambou là !
Vini, dépéché zot zenfants.
Douboute, en nous crazé cô la.
Ciel la bel, fété tou bonnement !

Ernestine, pa pléré ma fi !
Hié té maigue, cé té sirigin…
Pa chéché a comprenne la vi !
Pou dimain, cé ké Babarin.

Paulo, kimbé rède pa moli !
cé vré, la souffrance pa gué dou.
Patience, kimbé la ké fini,
On malhé pa la pou toujou.

Allé, sauté, dansé, maté…
Chanté lé Rose, frappé lé mains…
cé plézi, tan pis pou apré.
Vancé voué moune la gen ça bien !

Appiyé ! congné tambou là !
Vini, dépéché zot zenfants.
Douboute, en nous crazé cô la !
Ciel là bel, fété tou bonnement

CASIMIR LETANG
Guadeloupe

 

12
 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie