Madinina, L'île aux fleurs, l'île des revenants, chalè, chalè !!!

Fruit présenté : Pomme Canelle

2 avril, 2012

L’onction de Jésus à Béthanie avant la Pâque

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 3:16

 

Méditation du jour : L’onction de Jésus à Béthanie avant la Pâque

 

Le lundi saint

L’Église fête : Lundi Saint
Saint(s) du jour : St François de Paule (1436-1508)

Livre d’Isaïe 42,1-7.

Ainsi parle le Seigneur : Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui j’ai mis toute ma joie. J’ai fait reposer sur lui mon esprit; devant les nations, il fera paraître le jugement que j’ai prononcé.
Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, on n’entendra pas sa voix sur la place publique. Il n’écrasera pas le roseau froissé, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il fera paraître le jugement en toute fidélité.
Lui ne faiblira pas, lui ne sera pas écrasé, jusqu’à ce qu’il impose mon jugement dans le pays, et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses instructions.
Ainsi parle Dieu, le Seigneur, qui crée les cieux et les déploie : il dispose la terre avec sa végétation, il donne la vie au peuple qui l’habite, et le souffle à ceux qui la parcourent : Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice, je t’ai pris par la main, je t’ai mis à part, j’ai fait de toi mon Alliance avec le peuple et la lumière des nations ; tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et de leur cachot ceux qui habitent les ténèbres.

Psaume 27(26),1.2.3.13-14.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?
Si des méchants s’avancent contre moi pour me déchirer,
ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires, qui perdent pied et succombent.
Qu’une armée se déploie devant moi, mon cœur est sans crainte ;
que la bataille s’engage contre moi, je garde confiance.
J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. »

Evangile selon St Jean chapitre 12, 1-11

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu’il avait ressuscité d’entre les morts.On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives.

Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie par l’odeur du parfum.
Judas Iscariote, l’un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors :« Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? »
Il parla ainsi, non parce qu’il se préoccupait des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait pour lui ce que l’on y mettait.Jésus lui dit : « Laisse-la ! Il fallait qu’elle garde ce parfum pour le jour de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. »

Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait ressuscité d’entre les morts. Les chefs des prêtres décidèrent alors de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.

Prière d’introduction

Seigneur, aide-moi à faire plus attention à Toi. Aide-moi à Te donner vraiment mon amour. Que ma prière ne soit pas faîtes rapidement en passant. Mais que ce soit un véritable moment pour Toi, un véritable moment d’amour.

Demande

Un cœur plein d’amour.

Points de réflexion

1. Quelques jours avant sa mort, Jésus se trouve chez ses amis, Lazare, Marthe et Marie, dans cette maison dans laquelle il était venu plusieurs fois venu se reposer. En nous présentant cette scène de l’onction de Jésus par Marie,
l’Evangile nous donne un exemple d’amour, qui est le commandement le plus important que Jésus nous a donné. Avec ce parfum, c’est un grand amour que montre Marie pour Jésus. Elle a pris le meilleur parfum qu’elle avait, et elle le verse sans réserve sur les pieds de Jésus. Elle donne ce qu’elle a de mieux à Jésus, et elle le donne sans limite. Dieu mérite tout notre amour. Lui qui nous
a tout donné, il mérite que nous lui donnions le meilleur de nous-mêmes. Le véritable amour ne pense pas à ce qu’il perd, mais à ce qu’il donne à celui qu’il aime. Quelle place laissons-nous à Dieu dans notre vie ? Qu’est-ce qui est le plus important pour nous ?

2. Nous trouvons aussi dans le geste de Marie la gratuité nécessaire à un véritable amour. Marie ne recherche rien. Elle veut simplement montrer son amour à Jésus. Quand on recevait un hôte chez soi, la coutume était de l’oindre sur la tête, ce qui était faire un honneur à la personne que l’on recevait. Mais Marie sait qu’elle ne peut pas donner de l’honneur à Jésus, qui est bien plus grand qu’elle. De plus, à cette époque en Palestine, les femmes couvraient toujours leurs cheveux en public. Mais Marie ne s’en préoccupe pas. Elle n’a pas peur des conventions ou du ridicule, tant qu’elle peut essuyer les pieds de Jésus avec ses propres cheveux. Avons-nous cette gratuité et cette spontanéité dans notre rapport avec Dieu ? Ou ne tendons-nous pas à rester dans une relation formelle et presque mécanique ? C’est de notre cœur que Dieu attend notre amour.

3. Par la réponse que Jésus fait à Judas, il veut nous faire comprendre que les occasions que nous avons pour montrer notre amour sur cette terre ne sont pas infinies. Chaque journée qui passe ne reviendra pas. Chaque occasion qui se présente à nous de donner un signe d’amour à Dieu ou à notre prochain ne reviendra pas. C’est pourquoi il est important de remplir nos vies d’amour. De
ne pas laisser passer une seule journée sans aimer. Plus nous donnons de l’amour autour de nous, plus notre capacité à aimer grandit. Judas voulait garder l’argent du parfum. Mais par son manque de délicatesse et d’amour il se fait pauvre. Tandis que Marie devient riche, riche d’amour. Ne nous laissons donc pas appauvrir ! Remplissons nos vies d’amour !

Dialogue avec le Christ

Seigneur, aide-moi à T’aimer vraiment. Tu sais comme je peux m’attacher facilement à des choses qui ne peuvent pas remplir mon cœur. Aide-moi à voir que Tu es le seul qui est digne de tout mon amour. Toi seul peux remplir mon cœur. Je veux être généreux avec Toi. Prends tout ce que je suis !

Résolution

Faire un acte d’amour gratuit.

31 mars, 2012

Jésus va mourir pour rassembler les enfants de Dieu

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 3:21

 

Saint(s) du jour : St Benjamin, diacre et martyr (c.424)

Saint Prosper d’Aquitaine : « Jésus allait mourir…pas seulement pour la nation, mais pour rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés »

Livre d’Ézéchiel 37,21-28.

La parole du Seigneur me fut adressée :  » Tu diras aux gens de ton peuple : Ainsi parle le Seigneur Dieu. J’irai prendre les fils d’Israël parmi les nations où ils sont allés. Je vais les rassembler de partout et les ramener sur leur terre. J’en ferai une seule nation dans le pays, sur les montagnes d’Israël. Ils n’auront tous qu’un seul roi ; ils ne formeront plus deux nations ; ils ne seront plus
divisés en deux royaumes. Ils ne vont plus se souiller avec leurs idoles et leurs horreurs, avec toutes leurs révoltes. Je les sauverai en les retirant des lieux où ils ont péché, je les purifierai. Ils seront mon peuple et je serai leur Dieu.
Mon serviteur David régnera sur eux ; ils n’auront tous qu’un seul berger ; ils obéiront à mes décrets, ils observeront fidèlement mes commandements.
Ils habiteront le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob, le pays que leurs pères ont habité. Ils l’habiteront, eux-mêmes et leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, pour toujours. David, mon serviteur, sera leur prince pour toujours.
Je conclurai avec eux une Alliance de paix, une Alliance éternelle. Je les rétablirai, je les multiplierai, je mettrai mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours.
Ma demeure sera chez eux, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Alors les nations sauront que je suis le Seigneur, celui qui sanctifie Israël, lorsque mon sanctuaire sera au milieu  d’eux pour toujours. »

Livre de Jérémie 31,10.11-12ab.13.

Écoutez, nations, la parole du Seigneur, annoncez-la dans les îles lointaines : celui qui disperse Israël le rassemblera et le gardera, comme un berger son troupeau.
« Le Seigneur a libéré Jacob, l’a racheté des mains d’un plus fort.
Ils viennent, criant de joie, sur les hauteurs de Sion : Ils affluent vers la bonté du Seigneur. « La jeune fille se réjouit, elle danse ; jeunes gens, vieilles gens, tous ensemble !
Je change leur deuil en joie, les réjouis, les console, après la peine. »

Evangile selon St Jean chapitre 10, 31-42

Les Juifs allèrent de nouveau chercher des pierres pour lapider  Jésus. Celui-ci prit la parole : « J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider ? » Les Juifs lui répondirent : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, c’est parce que tu blasphèmes : tu n’es qu’un homme, et tu prétends être Dieu. »
Jésus leur répliqua : « Il est écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux. Donc, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, la Loi  les appelle des dieux ; et l’Écriture ne peut pas être abolie.
Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : ‘Tu blasphèmes’, parce que j’ai dit : Je suis le Fils de Dieu. Si je n’accomplis pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. Mais si je les accomplis, quand bien même vous refuseriez de me croire, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. »
Les Juifs cherchaient de nouveau à l’arrêter, mais il leur échappa.

Il repartit pour la Transjordanie, à l’endroit où Jean avait commencé à baptiser. Et il y demeura. Beaucoup vinrent à lui en déclarant : « Jean n’a pas accompli de signe ; mais tout ce qu’il a dit au sujet de celui-ci était vrai. » Et à cet endroit beaucoup crurent en lui.

Prière d’introduction

Seigneur Dieu, tu offres à tes enfants ce temps de grâce pour qu’ils retrouvent la pureté du cœur; tu veux qu’ils se libèrent de leurs égoïsmes, afin qu’en travaillant dans ce monde qui passe, ils s’attachent surtout aux choses qui ne passent pas. En prenant la condition humaine, tu as guidé vers la lumière de la foi l’humanité qui s’en allait dans les ténèbres, tu nous as tous fait fils de Dieu.

Demande

Seigneur, aide-moi à découvrir qui tu es vraiment et qui tu veux que je sois.
Donne-moi ta grâce pour répondre généreusement à ton appel de vivre avec toi dans la lumière de la foi.

Points de réflexion

1. Jésus vient de nous révéler son identité: « Moi et le Père nous sommes un » (Jn 10, 30). Cela marque le début d’un long chemin qui aboutira par sa mort sur la croix puisque les juifs ne voulaient pas accepter cette réalité qui rompait tous leurs schémas et idées préconçues sur le Messie qu’ils attendaient.
Les juifs veulent maintenant lapider Jésus pour avoir soi-disant blasphémé mais Jésus entame un dialogue avec eux en leur demandant: « N’est-il pas écrit dans votre Loi: j’ai dit: vous êtes des dieux? » De quelle Loi parle-t-il ?
Jésus ne s’identifie pas avec cette Loi puisque qu’il dit « votre Loi ». La Loi des juifs dont fait référence Jésus étaient une liste de préceptes à observer au pied de la lettre sans vraiment comprendre le sens profond qu’ils avaient. Jésus vient nous enseigner une nouvelle Loi, celle de l’amour, du don gratuit de soi, de la fidélité à la volonté d’un Père riche en miséricorde. La Loi de Jésus est celle qui lui permet d’être un avec le Père. Nous aussi nous sommes invités à vivre cette même Loi, à n’être plus qu’un avec le Père. Quelle est mon identité ?
Quelle est cette « loi » qui détermine mon comportement? celle des juifs qui me conduit à vouloir lapider Jésus ou celle du Christ qui me conduit, certes à la mort, mais surtout à une immense intimité avec le Père ? En un mot, qui suis-je?

2. « Croyez en ces œuvres, afin de reconnaître une bonne fois que le Père est en moi et moi dans le Père ». Le Christ nous dit qu’on peut le connaître à travers ses œuvres. Nos actes parlent de qui nous sommes. Nous nous disons chrétien mais agissons-nous en tant que tel comme le Christ l’a fait tout au long de sa vie? Rappelons brièvement le témoignage de foi et cohérence de vie
que nous a laissé Saint Marin. Il était un officier romain et avait gagné une bataille très importante pour l’Empire. Après cette victoire, l’empereur décida de l’honorer avec la plus grande décoration que pouvait donner l’armée romaine.
Mais un des présents dans le publique cria: « Marin est un chrétien ». Le silence se fit car les chrétiens étaient persécutés et mis à mort. L’empereur lui demanda si c’était vrai et Marin lui répondit que oui. L’empereur lui donna un jour pour renoncer à sa foi s’il ne voulait pas être condamné à mort. Marin alla voir son évêque pour lui expliquer la situation. Il devait choisir entre renoncer à sa foi et triompher ou renoncer au triomphe et mourir. L’évêque posa sur le sol un crucifie et une épée et lui dit: « Choisi, ou la gloire dans le ciel ou la gloire sur la terre; ou la gloire éternelle ou la gloire qui meurt ».
Marin ne douta plus et alla dire à l’empereur: « La gloire dans le ciel; je suis chrétien ». Et il fut exécuté sur le champ.

3. « Beaucoup crurent en lui ». Être chrétien implique un acte de foi; une foi qui est avant tout don de Dieu mais aussi décision personnelle afin de vivre en cohérence avec ce don reçu. Qui est Jésus pour moi? Qui suis-je aux yeux de Dieu ? Le Christ nous invite à croire en lui en voyant ses œuvres et nous, de notre côté, nous pouvons lui dire qui nous sommes par nos œuvres. Vivre en tant
que chrétien n’est pas toujours facile mais cela vaut la peine de le faire et Jésus lui même nous le prouve par l’ acceptation de sa passion. Tout ne se termine pas avec la mort sinon que le Christ nous ouvre les portes de l’éternité et donne un sens nouveau à toute notre vie, à nos souffrances et difficultés.
Osons dire au monde par nos œuvres que nous sommes chrétiens et n’attendons que de Dieu notre récompense.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, merci pour ton amour aussi fidèle. Tu n’as pas eu peur de dire qui tu étais et cela t’a même coûté la vie. Tu l’as fait car ma vie n’a pas de prix à tes yeux. Merci pour me révéler ton identité, pour être quelqu’un dans ma vie.
Moi aussi je veux te correspondre et savoir choisir la gloire éternelle et non la gloire qui meurt.

Résolution

Aujourd’hui je vivrai la charité avec les personnes qui m’entourent comme un véritable chrétien donnant ainsi témoignage de l’amour de Dieu qui donna sa vie pour nous sauver.

1 mars, 2012

L’efficacité de la prière

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 9:26

L'efficacité de la prière dans Spiritualité Coeur-de-Jésus

 

Saint  du jour : St  Aubin d’Angers, évêque († 550)

 

Livre d’Esther 14,1.3-5.12-14.

La reine Esther, dans l’angoisse mortelle qui l’étreignait, chercha refuge auprès du Seigneur. Elle priait ainsi le Seigneur Dieu d’Israël :
« Mon Seigneur, notre Roi, c’est toi le seul Dieu ; viens me secourir, car je suis seule, et je n’ai pas d’autre secours que toi, et je vais risquer ma vie.
Depuis ma naissance, j’ai entendu répéter, dans la tribu de mes pères, que tu as choisi Israël de préférence à toutes les nations, et nos pères de préférence à tous leurs ancêtres, pour en faire à jamais un peuple qui t’appartienne, et tu as fait pour eux tout ce que tu avais promis.

Souviens-toi, Seigneur ! Fais-toi connaître au moment de notre détresse ; donne-moi du courage, toi le roi des dieux, qui domines toute autorité. Mets
sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion, et change son cœur : qu’il se mette à détester celui qui nous combat, qu’il le
détruise avec tous ses partisans.
Délivre-nous par ta main, viens me secourir car je suis seule, et je n’ai que toi, Seigneur, toi qui connais tout. »

Psaume 138(137),1-2a.2bc-3.7c-8.

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce : tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges, vers ton temple sacré, je me prosterne.
Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité, car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel, tu fis grandir en mon âme la force.

Ta droite me rend vainqueur. Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour : n’arrête pas l’œuvre de tes mains.

Evangile selon St Matthieu chapitre 7, 7-12

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte.
Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s’ouvrira.
Lequel d’entre vous donnerait une pierre à son fils qui lui demande du pain ? ou un serpent, quand il lui demande un poisson ?
Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent !
Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi, voilà ce que dit toute l’Écriture : la Loi et les Prophètes. »

Prière d’introduction

Seigneur, mon espérance est en toi. Je sais qu’avec toi je ne serai pas déçu.
Tu es la source de tout bien. Tu nous donnes tout ce dont nous avons besoin.
Aide-moi à prier. Aide-moi à voir ce dont j’ai vraiment besoin. Aide-moi à voir ce dont les autres ont besoin.

Demande

Seigneur, donne-moi un cœur comme le tien.

Points de réflexion

1. Ce passage de l’Evangile de Matthieu commence par nous parler de la prière. Quand Jésus nous dit de demander, de chercher, de frapper, c’est bien de
la prière qu’il nous parle. Dieu écoute celui qui prie, qui prie avec tout son cœur, qui prie pour demander ce qu’il veut vraiment. Or celui qui veut vraiment
quelque chose ne se lasse pas de demander et de demander encore. Il peut être bon de regarder un peu comment nous prions. En voyant ce qui revient jour après jour dans notre prière nous pourrons voir ce qui compte vraiment pour nous, ce qui a une grande place dans notre cœur. Qu’est-ce qui compte vraiment pour moi ?
Qu’est-ce que je demande chaque jour au Seigneur ? La prière peut être une aide pour nous rendre compte de ce que nous mettons à la première place dans notre vie.

2. Jésus parle à ses disciples, et à un moment nous l’écoutons dire « vous qui êtes mauvais ». Cela peut nous sembler un peu étrange de la part de Jésus.
Mais Jésus connait bien le cœur de l’homme. Qui n’a jamais fait l’expérience de demander quelque chose à une autre personne, et de recevoir un refus, parfois brutal ? Nous avons tous nos moments de faiblesse, de fatigue, et nous devons tous lutter contre notre égoïsme. Jésus le sait bien, et il ne nous demande pas de nous voiler la face. Mais ces mauvaises expériences que nous avons ne doivent pas nous décourager. Car si les hommes sont parfois mauvais, Dieu est bon. Il est tout le temps bon. Il ne passe pas par des moments de faiblesses ou d’égoïsme. Il ne faut donc pas nous lasser de lui demander ce dont nous avons besoin. Il nous répondra toujours en nous donnant ce qu’il y a de mieux.

3. Mais si Jésus sait bien que nous faisons parfois le mal, il sait aussi qu’avec son aide nous pouvons faire le bien. Et il nous aide en nous donnant ici
ce qu’on appelle la « règle d’or » : « tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux ». Nous sommes bien contents quand il y a quelqu’un qui vient à notre aide quand nous en avons besoin, quand on nous accueille avec le sourire, quand on nous écoute avec attention, quand on nous sert gratuitement. Pour rendre les autres heureux, il suffit de regarder comment ils nous rendent heureux, et de faire de même. Jésus nous appelle tous à propager la joie et le service autour de nous. Et quand Jésus dit qu’en ceci se trouve résumé la Loi et les Prophètes, il nous indique l’importance que cela a. Le bien, comme le mal, est contagieux. Répandons-le donc autour de nous.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, dans la Révélation, dans les Saintes Ecritures, tu nous montres la voie pour vivre pleinement notre vie. Et cette voie passe par les autres, par  ceux qui vivent avec nous. C’est en rendant les autres heureux que je deviens heureux. Aide-moi à sortir de mon égoïsme. Aide-moi à me tourner vers les autres, comme toi tu t’es tourné, et comme tu te tournes toujours, vers nous.

Résolution

Essayer de donner un peu de joie aux personnes avec lesquelles je vis.

 

17 février, 2012

Le disciple doit suivre le Messie souffrant

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 8:48

 Le disciple doit suivre le Messie souffrant dans Spiritualité Jesus_063_small

Saint(s) du jour : St ;Alexis Falconieri et les sept fondateurs des Servites (+ 1310)

Lettre de saint Jacques 2,14-24.26.

Mes frères, si quelqu’un prétend avoir la foi, alors qu’il n’agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa foi ?

Supposons que l’un de nos frères ou l’une de nos sœurs n’aient pas de quoi s’habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l’un de vous leur dit :
« Rentrez tranquillement chez vous ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » et si vous ne leur donnez pas ce que réclame leur corps, à quoi cela
sert-il ?
Ainsi donc, celui qui n’agit pas, sa foi est bel et bien morte, et on peut lui dire : « Tu prétends avoir la foi, moi je la mets en pratique. Montre-moi donc ta foi qui n’agit pas ; moi, c’est par mes actes que je te montrerai ma foi.
Tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu as raison. Les démons, eux aussi, le croient, mais ils tremblent de peur. Pauvre homme, veux-tu une preuve que la foi sans les œuvres ne sert à rien ?
Regarde Abraham notre père : Dieu a fait de lui un juste à cause de ses actes, quand il a offert sur l’autel son fils Isaac. Tu vois bien que sa foi était à l’œuvre avec ses actes, et ses actes ont rendu sa foi parfaite.
Ainsi s’est accomplie la parole de l’Écriture : Abraham eut foi en Dieu, et de ce fait Dieu estima qu’il était juste,
Vous le constatez : l’homme devient juste à cause de ses actes, et pas seulement par sa foi.
En effet, comme le corps qui ne respire plus est mort, la foi qui n’agit pas est morte.

Psaume 112(111),1-2.3-4.5-6.

Alléluia ! Heureux qui craint le Seigneur, qui aime entièrement sa volonté !
Sa lignée sera puissante sur la terre ; la race des justes est bénie.

Les richesses affluent dans sa maison : à jamais se maintiendra sa justice.
Lumière des cœurs droits, il s’est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.

L’homme de bien a pitié, il partage ; il mène ses affaires avec droiture.
Cet homme jamais ne tombera ; toujours on fera mémoire du juste.

Evangile selon St Marc chapitre 8, 34-38

Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il me suive.Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi et pour l’Évangile la sauvera.
Quel avantage, en effet, un homme a-t-il à gagner le monde entier en le payant de sa vie ? Quelle somme pourrait-il verser en échange de sa vie ?
Si quelqu’un a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l’homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les anges. »
Et il leur disait : « Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le règne de Dieu venir avec puissance. »

Prière d’introduction

Seigneur Jésus, nous voulons te suivre, mais souvent nous ne voulons pas en assumer les conditions pourtant si bienfaisantes: par la croix portée à ta suite nous aurons part à ta lumière; qu’elle nous conduise à la vraie vie.

Demande

Aide-nous, Dieu notre Père, à grandir dans la foi, cette foi inébranlable qui nous permet de traverser l’épreuve avec la certitude de ta fidélité et la confiance dans les desseins de notre Père. Que grandisse en nous le courage et l’enthousiasme d’être chrétiens, chrétiens de croix.

Points de réflexion

1. La Croix est une partie essentielle de l’Evangile. Toute vie humaine connaît à un certain moment la souffrance et l’épreuve: maladie, échec, injustice ou conséquences de nos propres péchés. Certainement, on peut choisir de fuir, refouler, chercher les plaisirs et consolations pour l’oublier; mais tôt ou tard, la croix nous rejoint. Au lieu de la présenter comme un destin fatal, Jésus nous invite à prendre notre croix chaque jour et à le suivre. « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous soulagerai » (Mt 10, 25). Lui-même est passé par elle et en est ressorti une fois pour toute, ayant vaincu la mort au passage. En lui, même la mort n’a plus de pouvoir! (cf. 1 Co 15, 54-56) Seigneur Jésus, de tout mon cœur je crie vers toi:
« J’ai confiance en toi! » et j’accepte ton invitation à prendre ma croix avec joie, pour être ainsi plus proche de toi.

2. L’amour de Dieu et du prochain passe par le renoncement à soi-même. Nous savons bien que la qualité principale du chrétien, l’aboutissement de toute ascèse et de tout exercice de la vertu, de toute pratique de la prière et des commandements de Dieu est l’amour. L’amour de Dieu et du prochain. Or, lestés par le poids du péché originel, l’égoïsme prend souvent le dessus: tout tourne autour de moi et le bien que je fais peut être vicié par la recherche de moi-même.
Mais à quoi me sert-il de « gagner le monde », de satisfaire cet égoïsme, de posséder tout, d’avoir raison en tout, de ne penser qu’à moi?
Qu’est-ce que j’y gagne dans le fond et Que m restera-t-il au bout du compte, si ce n’est mon orgueilleuse petite misère? Seigneur Jésus, je voudrais renoncer à mes attachements. Fortifie ma volonté et embrase mon cœur, afin que je renonce à moi-même et manifeste ma foi par les œuvres (cf. Jc 2,14-17).

3. Nous verrons venir le règne de Dieu avec puissance. Le Règne de Dieu se révèle avec puissance dans la générosité des consacrés, des religieuses et des religieux, prêtres et pasteurs, missionnaires, qui donnent leur vie au service de Dieu et des plus faibles ou des pécheurs et qui ont soif de Dieu et de son Règne. De quelle grandeur d’âme témoignent tous ces fidèles chrétiens qui perdent la vie au nom du Christ! Tout au long de l’histoire la gloire de Dieu s’est manifesté dans le courage des martyrs, dont le sang innocent s’est transformé en semence de vie chrétienne: et ce encore aujourd’hui – ils n’ont pas eu honte de Jésus et leur témoignage de vie est plus convaincant et attrayant que les plus beaux discours
Dieu éternel et tout-puissant, fais de nous des témoins de ton évangile, qui portent avec joie la croix que tu permets dans nos vies. Rends-nous vaillants dans l’annonce du nom de Jésus Christ dans un monde éloigné de toi et qui a soif de la rédemption par la croix de ton Fils.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, toi qui as porté la croix à notre place, nous te demandons humblement: obtiens-nous par les mérites de ta passion, la grâce de devenir des témoins de ton évangile, qui portent avec joie la croix que Dieu permet dans nos vies. Rends-nous vaillants dans l’annonce de ton nom dans un monde éloigné de toi et qui a soif de ta rédemption, toi qui règnes avec le Père et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles sans fin. Amen.

Résolution

Je vais faire une action de grâce à Dieu pour une épreuve surmontée.

Jesus_054_small dans Spiritualité

11 février, 2012

La multiplication des pains

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 9:28

La multiplication des pains dans Spiritualité multiplication

Saint(s) du jour : St Séverin, Abbé (+ 507)

Premier livre des Rois 12,26-32.13,33-34.

Quand Jéroboam fut devenu roi des dix tribus d’Israël, il se dit : « Maintenant, le royaume risque fort de se rallier de nouveau à la maison de David. Si le peuple continue de monter à Jérusalem pour offrir des sacrifices dans le temple du Seigneur, le cœur de ce pays reviendra vers son souverain, Roboam, roi de Juda, le fils de Salomon, et l’on me tuera. »

Après avoir tenu conseil, Jéroboam fit fabriquer deux veaux en or, et il déclara au peuple : « Voilà trop longtemps que vous montez à Jérusalem ! Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte. » Il plaça l’un des deux veaux à Béthel, l’autre à Dane, et ce fut un grand péché. Le peuple conduisit en procession celui qui allait à Dane. Jéroboam y établit un temple illégitime. Il institua des prêtres pris n’importe où, et qui n’étaient pas des descendants de Lévi. Jéroboam célébra la fête le quinzième jour du huitième mois, fête pareille à celle que l’on célébrait en Juda, et il monta à l’autel. Il fit de même à Béthel en offrant des sacrifices aux veaux qu’il avait fabriqués ; il établit à Béthel les prêtres illégitimes qu’il avait institués.

Jéroboam persévéra dans sa mauvaise conduite ; il continua d’instituer des prêtres illégitimes, des gens pris n’importe où : il donnait l’investiture à tous ceux qui le désiraient, pour en faire des prêtres illégitimes. Tout cela fit tomber dans le péché la maison de Jéroboam, entraîna sa ruine et provoqua sa disparition de la surface de la terre.

Psaume 106(105),6-7a.19-20.21-22.

Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli et renié.

En Égypte, nos pères ont méconnu tes miracles, A l’Horeb ils fabriquent un veau, ils adorent un objet en métal :

ils échangeaient ce qui était leur gloire pour l’image d’un taureau, d’un ruminant. Ils oublient le Dieu qui les sauve, qui a fait des prodiges en Égypte, des miracles au pays de Cham, des actions terrifiantes sur la mer Rouge.

Méditation du jour : La multiplication des pains

Evangile selon St Marc chapitre 8, 1-10

En ces jours-là, comme il y avait encore une nombreuse foule qui n’avait pas de quoi manger, il appela ses disciples et leur dit :  » J’ai compassion de cette foule, car voilà trois jours déjà qu’ils restent près de moi, et ils n’ont rien à manger. Si je les renvoie chez eux à jeun, les forces leur manqueront en chemin; or plusieurs d’entre eux sont venus de loin.  » Ses disciples lui
répondirent :  » Comment pourrait-on ici, dans un désert, rassasier de pain ces gens?  » Et il leur demanda :  » Combien de pains avez-vous? » Ils dirent :  » Sept.  » Alors il fit asseoir la foule par terre, prit les sept pains, et, après avoir rendu grâces, il les rompit et les donna à ses disciples pour les servir; et ils les servirent à la foule. Ils avaient (en outre) quelques petits poissons; après avoir prononcé la bénédiction sur eux, il dit de les servir aussi. Ils mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta sept corbeilles des morceaux qui restaient. Or ils étaient environ quatre mille. Et il les renvoya. Il monta aussitôt dans la barque avec ses disciples, et vint dans la région de Dalmanoutha.

Prière d’introduction

« Vivre d’Amour, c’est te garder Toi-même Verbe incréé, Parole de mon Dieu, Ah ! tu le sais, Divin Jésus, je t’aime L’Esprit d’Amour m’embrase de son feu. C’est en t’aimant que j’attire le Père Mon faible cœur le garde sans retour. O Trinité ! vous êtes Prisonnière De mon Amour !….. Vivre d’Amour, c’est vivre de ta vie, Roi glorieux, délice des élus. Tu vis pour moi, caché dans une hostie Je veux pour toi me cacher, ô Jésus ! A des amants, il faut la solitude Un cœur à cœur qui dure nuit et jour Ton seul regard fait ma béatitude
Je vis d’Amour !… »
(Ste Thérèse de Lisieux)

Demande

Seigneur, Toi qui me connais donne-moi une Foi, une Confiance et un Amour si profonds pour Dieu le Père que les demandes que tu adresses à mon cœur ne me semblent jamais impossibles.

Points de réflexion

1″ils n’ont rien à manger ». Le Christ éprouve de la compassion pour la foule. Cette compassion du Christ n’est pas que matérielle, elle est aussi spirituelle. Dans un autre passage, le Christ voit une foule lorsqu’il arrive au port, et l’évangéliste dit qu’Il en eut compassion et qu’Il se mit à enseigner. Oui, le Christ est venu me porter la Parole de Vie, et Il désire ardemment la transmettre. Aujourd’hui encore le Christ a compassion pour nos âmes. Il a soif de nos âmes. Soif que nos âmes se donnent à la Volonté du Père. Soif de voir toutes nos âmes abandonnées à l’Amour de Dieu. Le Christ est donc toujours là pour m’accompagner, me soutenir, mais il me faut l’accepter dans mon cœur. Cela me rappelle un tableau connu. Le peintre y a représenté le Christ frappant à la porte d’une maison, et cette porte n’a pas de poignée à l’extérieur. Oui, je suis le seul qui puisse ouvrir cette porte, comme je le désire. Il faut que je laisse le Christ agir dans mon cœur : Il fera alors des merveilles.

2. « combien de pain avez-vous ? ». Le Christ m’aide mais il aide aussi les autres à travers moi. La foule a faim et il faut donc les nourrir. Le Christ me demande à moi aussi du pain. Mais devrai-je trouver de la nourriture pour une foule d’environ 5000 personnes? Le Christ peut-il me demander l’impossible ? De fait, le Christ l’a demandé aux disciples qui n’avaient presque rien. La situation des apôtres, si je l’imagine, me semble intéressante, car je la retrouve souvent dans ma vie. Combien de fois,en effet, le Christ ne me demande-t-il pas l’impossible ? Non pas l’impossible en soi, mais l’impossible à mes yeux. Combien de fois est-ce que les préceptes de l’Eglise, les commandements ou ma conscience n’entrent-ils pas en conflit avec moi-même? Cela est dû au fait que je pense que Dieu me demande l’impossible. C’est, certainement, l’impossible, mais Dieu peut tout et ce n’est donc plus l’impossible, si je reste uni à Lui. Si je me sépare de Lui, cela reste impossible, car Dieu seul peut rendre les choses possibles. Ce qu’il me faut donc, c’est avoir une plus grande confiance en Dieu. Pour cela, je dois
réfléchir et lorsque Dieu me demande des choses que je juge impossibles, je dois prendre la décision de Le suivre au lieu de faire le contraire. Sans nul doute, Il fera alors de grande choses et me donnera plus que je ne l’espère, tout comme il le fit lors de la multiplication des pains.

3. « on emporta sept corbeilles des morceaux qui restaient ». Quand le Christ donne Il donne en abondance, car son Amour pour nous dépasse toutes nos attentes. Il me faut donc mettre ma foi dans le Seigneur, mettre toute ma confiance en Lui. Que le Seigneur devienne le Guide de ma route.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, Toi qui multiplias ces pains et poissons pour la foule affamée, viens donc en mon cœur pour me combler de cette nourriture céleste, de ce Pain de Vie dont mon cœur a tant besoin. Oui, Seigneur « mon âme à soif du Dieu Vivant », « après Toi languit ma chair ». Regarde donc mon cœur qui se tourne vers Toi et comble-le des bienfaits que Tu lui réserve.

Résolution

Renouveler mon adhésion au Seigneur, par une prière.

 pains-et-poissons1 dans Spiritualité

1 février, 2012

Jésus se heurte au manque de foi des gens de Nazareth

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 11:23

 

Evangile selon St Marc chapitre 6, 1-6

Jésus est parti pour son pays, et ses disciples le suivent. Le jour du  sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. Les nombreux auditeurs, frappés  d’étonnement, disaient : « D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui  lui a été donnée, et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?
N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie, et le frère de Jacques, de José,  de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? » Et ils  étaient profondément choqués à cause de lui. Jésus leur disait : « Un prophète  n’est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison. » Et là il ne  pouvait accomplir aucun miracle ; il guérit seulement quelques malades en leur
imposant les mains. Il s’étonna de leur manque de foi. Alors il parcourait les  villages d’alentour en enseignant.

Prière d’introduction

Seigneur, je crois que tu es le Seigneur. Mais ma foi est faible. Donne-moi  plus de foi ! Aide-moi à croire. Aide-moi à ne pas voir simplement avec mes  yeux, mais à voir avec les yeux de la foi. Ainsi je pourrai voir qui tu es vraiment Jésus.

Demande

Une plus grande foi.

Points de réflexion

1. Nous voyons ici Jésus de retour chez lui, dans la région de Nazareth, où il a passé la plus grande partie de sa vie. Il connaissait bien l’endroit, et tous ses habitants, et il était connu d’eux. Il serait donc normal de voir toutes ses personnes contentes de revoir Jésus, le féliciter pour ses miracles, pour son enseignement, les voir heureux de pouvoir passer un peu de temps avec lui. Et pourtant ce n’est pas ce qui se passe. Au contraire, l’Evangile dit qu’ils sont choqués, au point que Jésus dit cette phrase terrible : « un prophète n’est méprisé que dans son pays ». En effet, Jésus sortait de l’ordinaire. Il était quelqu’un de spécial, avec un message différent de tout ce qu’ils avaient entendu avant. Jésus ne trouve pas sa place dans leur petit monde, dans leurs habitudes, et ils le rejettent.

2. Les habitants de Nazareth avaient vécu beaucoup de temps avec Jésus. Mais quand il commence sa mission, ils ne l’acceptent plus. C’est un risque que les chrétiens qui ont eu la chance de connaître Jésus depuis qu’ils sont petits, ou depuis très longtemps, peuvent connaître. Les nouveaux convertis ont souvent un feu intérieur qui est plus rare chez les chrétiens de longues dates. Si nous ne prenons pas garde, nous pouvons nous habituer à Jésus, le ranger dans une partie de notre vie, et tant qu’il n’en sort pas il n’y a pas de problèmes. Nous pensons alors avoir la foi. Mais l’avons-nous vraiment ? Le jour où Jésus nous demande quelque chose de spécial, le jour où se présente devant nous un choix difficile dans lequel se joue notre adhésion à l’Evangile, avons-nous vraiment la foi ? Il ne suffit pas de croire que Dieu existe pour avoir la foi. Il faut que Jésus puisse venir à tout moment dans notre vie, et que nous soyons prêts à le suivre.

3. Quand nous témoignons de notre foi autour de nous, avec ceux que nous connaissons le mieux, nous pouvons trouver des personnes qui ne nous comprennent pas, et même qui nous rejettent. Mais il ne faut pas se décourager, Jésus a connu la même situation ! Il ne faut pas perdre patience, ni condamner ces personnes. Comme Jésus respecte la liberté des hommes, il nous faut les
respecter, et avoir beaucoup de charité. Pour celui qui a la foi, la prière et la patience peuvent faire des miracles.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, je te connais peut-être depuis longtemps, et peut-être suis-je trop habitué à toi. Viens dans ma vie Seigneur, dans toute ma vie. Que je ne te laisse pas dans un coin et ne t’oublie. Donne-moi la foi pour que tu puisses faire des miracles dans ma vie.

Résolution

Faire une prière pour que l’Esprit Saint réveille les chrétiens endormis.

7 janvier, 2012

« Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui »

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 8:57

Première lettre de saint Jean 5,14-21.

Mes bien-aimés, ce qui nous donne de l’assurance devant Dieu, c’est qu’il nous
écoute quand nous faisons une demande conforme à sa volonté.

Et, puisque nous savons qu’il écoute toutes nos demandes, nous savons aussi que
nous possédons ce que nous lui avons demandé.

Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne conduit pas à la mort, il
priera, et Dieu rendra la vie au pécheur, puisque son péché ne conduit pas à la
mort. Il y a un péché qui conduit à la mort, ce n’est pas pour celui-là que je
dis de prier.

Tout ce qui nous oppose à Dieu est péché, mais il y a des péchés qui ne
conduisent pas à la mort.

Nous le savons : l’homme qui est né de Dieu ne commet pas le péché ; le Fils
qui est né de Dieu le protège et le Mauvais ne peut pas l’atteindre.

Nous savons que nous appartenons à Dieu, alors que le monde entier est dominé
par le Mauvais.

Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu nous donner l’intelligence pour
nous faire connaître Celui qui est vrai, et nous sommes en Celui qui est vrai,
dans son Fils Jésus Christ. C’est lui qui est le Dieu vrai, et la vie
éternelle.

Mes petits enfants, prenez garde de ne pas vous mettre au service du mensonge.

 

Psaume 149(148),1-2.3-4.5-6a.9b.

Alléluia ! Chantez au Seigneur un chant nouveau,

louez-le dans l’assemblée de ses fidèles !

En Israël, joie pour son créateur ;

dans Sion, allégresse pour son Roi !

Dansez à la louange de son nom,

jouez pour lui, tambourins et cithares !

Car le Seigneur aime son peuple,

il donne aux humbles l’éclat de la victoire.

Que les fidèles exultent, glorieux,

criant leur joie à l’heure du triomphe.

Qu’ils proclament les éloges de Dieu,

c’est la fierté de ses fidèles. Alléluia !

 

« Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui »  dans Spiritualité Cana1

Evangile selon St Jean chapitre 2, 1-11

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là.

Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples.

Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. »

Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue.
»

Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira. »

Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ;
chacune contenait environ cent litres.

Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d’eau les cuves. » Et ils les
remplirent jusqu’au bord.

Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui
en portèrent.

Le maître du repas goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce
vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau.

Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert
le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins
bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana en
Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Prière d’introduction

Sainte Marie, toi qui as porté Jésus dans ton sein, toi qui as guidé ses
premiers pas, toi qui es restée fidèle à ses côtés sur la croix, viens me
guider vers lui. Prends-moi pour ton enfant, protège-moi comme tu as protégé
Jésus. Tu es un guide sûr pour ceux qui recherchent Jésus.

Demande

Un cœur obéissant à Dieu.

Points de réflexion

1. Le lien entre Jésus est Marie est profond et propre à ce qui peut
exister entre une mère et son enfant. Mais entre Jésus est Marie ce lien était
encore plus fort, car ils étaient les deux sans péchés. Ils n’avaient pas été
blessés par le péché, ce qu’il leur permettait de vivre d’une manière plus
forte tout ce qu’il y a de bon dans la nature humaine. Nous voyons ce lien
profond entre Jésus et Marie dans ce passage. Marie, en voyant que le vin
allait commencer à manquer dans cette fête de noce, sait vers qui elle doit se
tourner, elle sait qu’elle doit aller le dire à Jésus. Elle a toute confiance
en lui. Et Jésus ne peut pas dire non à Marie. Il aime et respecte profondément
sa mère. Il va faire ce que Marie lui demande, bien que son heure ne soit pas
encore venue. Quand Dieu choisie une personne, il ne l’utilise pas comme un
instrument. Jésus n’a pas eu besoin de Marie juste pour avoir une mère qui
l’accueille dans son sein, il a voulu garder Marie à ses côtés jusqu’au bout,
jusqu’à sa mort. Elle était là à sa naissance, elle le lance pour faire son
premier miracle, qui renforcera la foi des apôtres, et elle sera là au pied de
la croix. Dieu est toujours fidèle. Essayons-nous aussi de lui être aussi
toujours fidèle.

2. Ces paroles que Marie dit aux servants : « Faites tout ce qu’il vous
dira » sont des paroles qu’elle nous adresse à nous aussi. C’est en suivant
Jésus que nous deviendrons saints. Ce n’est pas plus compliqué que cela. C’est
en regardant de que Dieu veut que nous fassions, dans l’Ecriture Sainte, dans
l’enseignement de l’Eglise, dans ce que nous dit l’Esprit Saint dans notre
conscience, que nous serons saints. Même si parfois nous ne comprenons pas ce que
Jésus nous demande, comme sans doute ses serviteurs à qui Jésus dit de prendre
du vin dans les récipients qui servent pour l’eau, demandons la foi pour croire
en Jésus. Il sait lui ce qu’il fait.

3. Enfin, il est bon de s’arrêter sur le fait que ce premier miracle se
réalise dans un banquet de noces. La noce, autant par la fête et le banquet du
jour des noces que par l’union amoureuse d’un homme et d’une femme, est une
image qui revient plusieurs fois dans la Bible. C’est l’image du banquet et de
l’union que Dieu nous prépare avec lui dans le Royaume des Cieux. C’est cela
notre véritable destin, et il doit nous remplir de joie et d’espérance. Nous
remplir d’une saine impatience de nous retrouver au Paradis. Car un peu comme
le vin que Jésus sert à Cana est bien supérieur au vin des nouveaux mariés, ces
noces mystiques sont d’une grandeur sans comparaison avec les unions de cette
terre. Dieu veut pour nous ce qu’il y a de plus grand, ne restons donc pas à la
porte de la salle de noce !

Dialogue avec le Christ

Seigneur, tu es venu sur terre pour nous donner le meilleur vin. Tu ne
viens pas pour nous quitter la vie, mais au contraire pour nous donner la vie
en plénitude. J’ai cependant souvent du mal à le voir, il y a tant de choses
qui peuvent me distraire, qui peuvent me faire oublier ma vraie vocation d’être
uni avec toi pour toujours. Donne-moi plus de foi et d’espérance, remplis mon
cœur de ta présence ! Que jamais je ne me détourne de toi Jésus !

Résolution

Faire une prière à Marie pour qu’elle me guide chaque jour vers Jésus.

 

3 janvier, 2012

Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du Monde

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 7:26

Evangile selon St Jean chapitre 1, 29-34

Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l’Agneau de
Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi
vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était.
Je ne le
connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il
soit manifesté au peuple d’Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai
vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui.
Je ne le
connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit :
‘L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui
baptise dans l’Esprit Saint.’
Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est
lui le Fils de Dieu. »

Prière d’introduction

Seigneur, il y a quelques jours nous célébrions ta naissance. Nous avons
admiré ta pauvreté et ta simplicité. Et maintenant nous pouvons mieux découvrir
pourquoi tu es venu parmi nous. Aide-moi à te connaître Seigneur. Aide-moi à
rentrer dans ton mystère.

Demande

Ecouter et recevoir l’annonce de Jésus.

Points de réflexion

1. Dans ce passage qui se situe au début de l’Evangile de Jean, nous
retrouvons Jean Baptiste, qui nous parle de Jésus. Il le désigne comme l’Agneau
de Dieu. Cette image de l’agneau est importante pour l’auteur de cet Evangile,
image que l’on retrouve aussi très présente dans l’Apocalypse. L’agneau était
déjà important dans l’Ancien Testament. Yahvé avait prescrit deux sacrifices
d’agneau chaque jour, dans le Temple, en expiation pour les péchés du peuple.
Cette signification se retrouve avec Jésus, dans sa plénitude. Jésus est le
véritable agneau, qui sera offert une fois pour toutes, pour les péchés de toute
l’humanité. Les prophètes de l’Ancien Testament avaient eux aussi annoncé le
Messie avec l’image de l’agneau, en insistant sur le fait que l’agneau se laisse
emmener à l’abattoir sans protester, sans cris, sans opposition violente. Ainsi
Jésus réalise sa mission, il s’offre lui-même en sacrifice, sans crier ni
protester.

2. L’agneau était aussi très important lors de la fête de la Pâque, quand les
juifs célébraient la délivrance de l’esclavage en Egypte. Pour réaliser cela,
Yahvé allait frapper tous les premier nés dans le pays d’Egypte, et seules
seraient épargner les familles qui auraient tué un agneau, et répandu le sang
sur la porte. Cette Pâque était une préfiguration de la Pâques véritable, la
mort et la résurrection de Jésus, qui nous sauve de la mort. Ceux qui avaient
sacrifié un agneau devaient aussi en manger la viande, lors du repas de la
Pâque. De même, avant sa mort, Jésus se donne en nourriture à ses disciples dans
l’Eucharistie. Cette proclamation de Jésus comme l’agneau de Dieu par Jean
Baptiste est donc riche de signification. Et, de fait, c’est cette proclamation
que le prêtre répète à la Messe, avant de consommer le corps et le sang de
Jésus : « Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».

3. Dans la suite de ce passage, Jean Baptiste témoigne de Jésus comme le Fils
de Dieu. Qu’est-ce qui lui permet de le faire ? Les paroles de Jean nous
montrent qu’il a fait une expérience trinitaire. Ce n’est pas seulement Jésus
qu’il a vu, mais bien, par des signes, la Sainte Trinité. Il parle de l’Esprit
Saint qui est descendu sur Jésus, sous la forme d’une colombe, lorsque lui,
Jean, a baptisé Jésus. Et il parle aussi de cette voix, qui l’a envoyé baptiser,
dans laquelle se laisse deviner la voix du Père. C’est toute la Trinité qui rend
témoignage que Jésus est le Fils de Dieu, qu’il n’est pas un homme comme tous
les autres, mais qu’il est le Fils, la deuxième personne de la Trinité. La
Trinité est le mystère central de notre Foi, le mystère qui donne sens à toute
notre Foi. Nous n’aurons de cesse de l’admirer et de le contempler, jusqu’à nous
retrouver un jour face à face, au Paradis, lors du banquet final des noces de
l’Agneau.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, dans ce monde plein de d’orgueil, d’avarice, de plaisirs futiles,
plein de bruits, tu viens tel un petit agneau, dans le silence et la pauvreté,
pour réparer nos péchés. Et malheureusement beaucoup restent indifférents devant
toi, ne te prêtent aucune attention. Aide-moi à rester près de toi Seigneur,
qu’au moins moi je puisse te louer et te remercier pour ce que tu fais. Et fais
que je puisse être un témoin, comme Jean Baptiste, afin que le monde te
connaisse.

Résolution

Parler de Jésus dans une de mes conversations.

24 décembre, 2011

Message de L’équipe de EAQ pour noël

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 11:01

Message de L'équipe de EAQ pour noël dans Spiritualité Cloches

 

Toute l’équipe de l’Evangile au Quotidien vous souhaite une très heureuse et très sainte fête de Noël !

« Gloria in excelsis Deo, et in terra pax hominibus bonae voluntatis ! » En cette sainte nuit de Noël, les Anges vont entonner ce cantique autour de l’autel tout comme ils étaient autour de la crèche. Ils chantent notre bonheur : Gloire à Dieu ! Paix aux hommes !

La nuit enveloppait le monde entier avant que se lève la lumière véritable, avant la naissance du Christ. Aujourd’hui, les merveilles abondent, les richesses se multiplient, car le trésor est ouvert : celle qui enfante est mère et vierge, celui qui est enfanté est Dieu et homme…

Que cette fête de Noël soit l’occasion de partager des réjouissances familiales et amicales et d’approfondir notre compréhension du mystère du Christ !

Vous remerciant très vivement pour votre fidélité et votre soutien, recevez, chers abonnés, l’assurance de nos sentiments dévoués et fraternels.

L’Equipe française de l’Evangile au Quotidien.

 

crêche dans Spiritualité

15 décembre, 2011

Qoe chercher-vous ?

Classé dans : Spiritualité — CATORC Charles @ 6:40

Jeudi 15 Décembre 2011

de la férie

Evangile selon St Luc chapitre 7, 24-30

Après le départ des envoyés de Jean Baptiste, Jésus se mit à parler de lui aux foules : « Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ?… Alors, qu’êtes-vous allés voir ? Un homme aux vêtements luxueux ? Mais ceux qui portent des vêtements magnifiques et mènent une vie de plaisir sont dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis ; et bien plus qu’un prophète ! C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour qu’il prépare le chemin devant toi. Je vous le dis : Parmi les hommes, aucun n’est plus grand que Jean ; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. Tout le peuple qui a écouté Jean, y compris les publicains, a reconnu la justice de Dieu en recevant le baptême de Jean. Mais les pharisiens et les docteurs de la Loi, en ne recevant pas ce baptême, ont rejeté le dessein que Dieu avait sur eux. »

 

Prière d’introduction

Père, créateur et rédempteur de toute l’humanité, tu as voulu que le Verbe se fasse chair, et qu’il soit né de la Vierge Marie. Loué sois-tu pour ton plan merveilleux de salut ! Puissions-nous partager la divinité du Christ qui, lui, s’est abaissé jusqu’à prendre notre nature humaine. Nous te le demandons par le Christ, notre Seigneur.

Demande

Jésus, apprends-moi l’authenticité.

Points de réflexion

1. Qu’êtes-vous allés voir au désert ? Celui qui pose cette question connaît mieux que personne le cœur humain. Dans un autre récit de l’évangile, deux disciples sont en train de suivre Jésus. Il se tourne vers eux et demande, « Que cherchez-vous ? » (Jn 1, 38) Ici, il pose une question semblable aux foules :  » Qu’êtes-vous allés voir au désert ? » Le Christ sait bien que l’homme ne se satisfait pas de réponses faciles. Il sait que les questions au sujet du sens de la vie nous harcèlent et nous contraignent à chercher des réponses :  » la question élémentaire que les hommes de tous les temps se sont posée :  » D’où venons-nous ?  »  » Où allons-nous ?  »  » Quelle est notre origine ?  »  » Quelle est notre fin ?  »  » D’où vient et où va tout ce qui existe ?  » Les deux questions, celle de l’origine et celle de la fin, sont inséparables. Elles sont décisives pour le sens et l’orientation de notre vie et de notre agir. « (CEC, 282).

2. Un roseau agité par le vent ? L’ironie utilisée ici par Jésus est révélatrice. Le Seigneur sait bien qu’une foule de personnes ne se déplace pas jusqu’au désert pour écouter un homme superficiel, sujet à ses seules passions. Une telle personne peut pendant un moment nous intriguer, mais nous ne souhaitons pas modeler notre vie sur la sienne. Elle devient vite esclave de ses impulsions aveugles de ses passions et en arrive à compromettre sa propre dignité. En fin de compte, elle n’inspire personne.

3. Un Prophète ? Les foules, alors, ne recherchent pas quelqu’un d’inconsistant ; elles sortent pour voir un homme de principe, encore plus, un homme de Dieu. Les héros nous attirent, particulièrement quand nous découvrons qu’ils sont authentiques dans leur service du bien et du vrai.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, tu me demandes d’être honnête et vrai. Souvent j’ai peur, ou je cherche instinctivement la voie la plus commode. Aide-moi à vivre avec cohérence ce que je professe publiquement. Je porte ton nom en tant que chrétien. Fais que ceux qui me rencontrent te découvrent dans mes paroles et mes actions. Mère très pure, fais que mon cœur soit seulement pour Jésus.

Résolution

Aujourd’hui je prendrai cinq minutes pour lire les chapitres 5 et 6 de l’évangile de saint Matthieu

12345
 

Vitalo.fr |
double sens |
♪♪**La riviere ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pourquoipastoi
| Location d'un studio à Sali...
| Donquichotte de la Mauritanie